« Le Barbier de Séville » de Rossini, au Jardin du Sénat

Allez, il faut l’avouer, le simple fait de voir un opéra en plein air et dans les jardins du Sénat, avec la scène même accolée au Palais, rend ce spectacle vraiment sympathique et agréable. Mais malheureusement, nous sommes rapidement ramenés à la réalité…

Déjà nous étions très très haut (et ils abusent un peu de vendre des places si « mauvaises », et chères pour ce que c’est donc) et il fallait des jumelles pour profiter du spectacle, ou même des surtitres. Mais surtout, même si je m’attendais à une qualité acoustique amoindrie par le « plein air », j’ai été très déçu par l’orchestre, et par le son qui résonnait terriblement vu que les musiciens étaient caparaçonnés sous la scène. En outre, je n’ai pas été bluffé non plus par l’interprétation… bif bof.

Et puis, là où franchement le bât blesse c’est que la musique et les chants étaient retransmis par des haut-parleurs, et que pour un opéra c’est vraiment pénible. Ajoutons à cela des chanteurs et chanteuses pas vraiment éblouissants… A part Figaro et Rosina qui ne s’en tirent pas trop mal, sinon on ne peut pas dire que ce fut un régal. Arf, arf, quelle langue de pute je fais, moi alors !!!

Bref, des petites choses qui ne m’ont pas convaincu, mais au global, malgré tout, un spectacle d’une bonne tenue, et qui se laisse agréablement découvrir. Car le décor qui orne le Palais du Sénat est vraiment réussit, parce que l’opéra se poursuit alors que la nuit tombe (et que les jeux de lumière sont assez subtiles pour utiliser cela), et surtout parce que le « Barbier de Séville » est un opéra magnifique, et qui est là présenté avec une mise en scène pleine d’énergie et de vigueur.

J’avais le souvenir d’un « Barbier de Séville » à l’opéra Bastille qui était d’une facture beaucoup plus classique, et que j’avais adoré. Là, j’ai trouvé qu’on était dans un registre beaucoup plus « comique » ou même opérette, mais je me demande si c’était un choix ou bien l’impression donnée par un spectacle d’un niveau inférieur à celui d’un opéra national.

Tout de même, l’idée de ces opéras en plein air est excellente, car quand on voit ça, on est facilement transporté :

« Le Barbier de Séville » de Rossini, au Jardin du Sénat

(Par contre, à 57 et 65 euros la place, je ne sais pas bien à quel nouveau public, ils font allusion…)

Il y a un tas d’airs connus dans cet opéra, mais lorsque j’entends le fameux « air de Figaro » (Largo al factotum), je ne peux pas m’empêcher de penser à cet extrait d’un extraordinaire (mais ils le sont tous) épisode d’un Tex Avery. C’est un magicien qui entre dans un opéra, qui prend la place du chef d’orchestre, et qui utilise une baguette magique pour diriger la musique. Le chanteur lyrique subit alors des transformations très cocasses pendant l’air, et cela a parfois pour effet de changer même le chant. C’est absolument hilarant, et un must dans ma famille.

J’adore internet, car le voici :

15 Commentaires

  1. Hello,
    J’y étais le même soir et il me semblait bien t’avoir reconnu (on ne se connait pourtant pas, même si je te tutoie!!)
    Je passe souvent lire tes billets et ne commente jamais et la rencontre de ces 2 univers est assez drôle, surtout après avoir croisé le matin François Sagat (oui oui !!) devant la porte de mon atelier…
    Etrange en fait de croiser des gens que tu ne connais pas et de savoir des détails de leur vie !
    Bonne continuation

  2. Ce genre de spectacles sont parfois catastrophiques, je me souviens d’une Traviata en plein air qui n’avait de joli que le cadre qui l’accueillait, un joli château bavarois.

    Et même si toi qui es bon public avec certaines casseroles de l’opéra Bastille as trouvé ça moyen, j’imagine l’ampleur des dégats !!!
    :langue:

  3. Cette année je n’ai pas été à ces représentations annuelles dans les jardins du sénat, et tes commentaires ne me font rien regretter. J’y avais été les deux années précédentes (traviata & flute enchantée), et je n’avais pas été enchanté (pour dire les choses poliment) pour des raisons que tu cites, chanteurs plus ou moins débutants, sonorisation inacceptable… Mais par contre je pense que ça attire effectivement un nouveau public à écouter de l’opéra et que c’est une bonne chose pour vulgariser cet art que certains pensent encore réservé à une sorte d’élite. Après tout, ce n’était pas si nul que ça?

  4. vulgariser l’opéra, bravo, j’adhère totalement. Mais dans ces conditions, non merci… Julia migenes en metteur en scène,pfff…. Philippe Hui a de la chance d’être engagé là ….Quant aux chanteurs, ils n’existent pas…du moins leurs noms. Ah ! oui ! les articles parlent de « jeunes talents ». Ils n’ont donc pas de nom ? Je trouve purement scandaleux d’ignorer ainsi ceux qui font le spectacle. rien.Ce spectacle est tenu par Mr Hui et Mme Migenes. A dédaigner ainsi les chanteurs, on comprend la pauvreté de ce spectacle.

  5. Et bien, je viens de découvrir ce blog qui parle des opéras en plein air…
    Je tiens sincèrement à féliciter ces personnes qui organisent chaque année un festival en ile de France parce que sans eux je n’aurai jamais mis les pieds dans une salle d’opéraet même si le son ou les voix ne pètent pas assez pour les pèteux qui passent leur temps à critiquer, je trouve cette initative magnifique.
    Je préfère découvrir des jeunes talents plutot que des stars internationales payées par nos impôts.
    pour ce qui s’étonnent que les jeunes talents ne soient pas connus, je ne peux malheuresement rien faire pour leur bêtise (ci-dessus)

  6. Bonsoir à tous, vraisemblablement le blog n’est plus d’actualité mais opéra en plein air, si.
    Entrons donc dans le vif du sujet.
    Vu le ton employé par les différents commentaires, je me permettrai d’utiliser le même.
    Mon premier problème est l’orthographe et la grammaire.. serait-ce trop demander que de pouvoir lire des phrases dans un français intelligible est correct ou un blog est simplement fait pour donner son avis de n’importe quelle manière?
    En ce qui concerne le festival, son but est en effet de diffuser l’opéra et de l’ouvrir à un plus large public en le faisant sortir de ses habituels sanctuaires.
    Quant-à ceux qui ont les moyens de se payer mieux que les casseroles de l’Opéra-Bastille, je ne comprends pas très bien le but de leur billet ici, entre deux avions pour le MET et le Deutsche Oper, ils ont sûrement mieux à faire.
    Je crois que la plupart des critiques peuvent être « démontées sans cric » comme dirait Desproges, en lisant tout simplement jusqu’au bout ce qui est écrit dans la présentation du festival.
    Je ne le considère pas comme parfait-loin de là-mais Patrick pas de sonorisation pour un public d’environ 3000 personnes, en plein air?.. Nous ne sommes pas à la Scala… ce qui explique aussi l’absence de Hans Hotter, Leyla Gencer ou autre dans le casting.
    Sans prétention aucune et je le répète ne considérant pas ce festival parfait, quelques lignes lues en plus en auraient épargnées ici.
    je n’ai pas pu m’empêcher de mettre mon grain de sel, même si Thomas as très bien résumé la situation.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages