Twilight – Chapitre 1 : fascination

Evidemment l’affaire était délicate… J’avais entendu parler de cette adaptation, et je pense que je n’y serais pas allé à Paris, mais aux US ça m’amusait assez de voir un truc pareil. Il s’agit d’une adaptation d’un teen-roman gothique et vampirique de Stephenie Meyer, sorte de JK Rowling d’un autre genre. Et ce roman est un carton de chez carton mondial, donc son adaptation est un peu attendue par toutes les gamines de quatorze ans de l’univers tout entier !!!

Bah putain, ça casse pas trois pattes à un canard ce truc !!! Je pense que Buffy est même un peu mieux foutu que ce film, c’est dire !

Nous sommes dans l’Oregon, région où il ne fait pas beau, où Bella vient de rejoindre son père pour vivre avec. Ce dernier est policier, et il enquête notamment sur des morts suspectes (on leur aurait sucé le sang que ça ne l’aurait pas étonné). Bella découvre donc un nouveau lycée, et de nouveaux amis, et il y a aussi la singulière et intrigante famille Cullen, et surtout le méga sexy fucked-up Edward. Bella en mouille sa culotte, on ne va pas le lui reprocher puisqu’il s’agit de Robert Pattinson, qui n’est autre que (Rhaa lovey!) Cédric Diggory. Bref, ce dernier se sent aussi troublé, et lui sauve un jour la vie de manière très très très étrange (il court 50 mètres en trois dixièmes et retient une voiture avec sa main). Bella apprend (parce qu’elle n’est pas conne du tout, mais alors du tout) qu’Edward et sa famille sont des vampires !!! Mais ils sont cool, ils ont fait un pacte avec les indiens du voisinage, et ne mangent que des bestioles. Mais ce n’est pas le cas pour ceux qui se régalent des habitants du patelin !!! Aïe aïe !

J’ai trouvé qu’il y avait une certaine atmosphère dans le film, et que c’était assez bien senti de la part de la réalisatrice. Elle instaure une ambiance un peu glauque et terriblement adolescente qui rappelle un peu des souvenirs, et ça fonctionne bien. Mais c’est à peu près tout ce qu’il y a de potable dans ce film. Je crois qu’il est même pas à la hauteur de « Lost Boys » (un des chefs d’oeuvre de mon enfance, avec Kiefer Sutherland) qui est pourtant un bon petit navet culte des années 80.

D’ailleurs, je m’attendais à une salle plutôt calme et pénétrée par ces scènes anthologiques et gothiques, avec des jeunes filles qui gémissent et soupirent. Mais non, les ados ont simplement rigolé, et nous avec, tant y’a des trucs cons sur l’écran… Mais cons !!! Les comédiens ne sont pas mauvais pourtant, on le sent bien. Mais on leur a tous fait des visages blafards, et on leur a dit d’avoir l’air hyper sérieux (Hey mais pète un coup Dracula !) et totalement barré. Du coup Robert Pattinson nous sort son expression faciale phare, et nous la balance pendant tout le film. C’est juste hilarant, et je ne suis vraiment pas certain que ce soit l’objectif initial. D’ailleurs on a l’impression que l’exemple qui a été pris pour le look des vampires est celui des goules-tapettes du « Bal des vampires ». C’est dire si on n’a pas envie de se marrer !!

Je passe sur l’aspect crédible des choses, évidemment je n’attendais pas non plus une histoire hyper chiadée, mais tout de même un scénario un peu plus original ou un peu plus étoffé. Pas ce truc cousu de fil blanc et bien trop classique, qui lasse au bout de quinze minutes. Il y a même certaines choses qu’il fallait peut-être zapper si c’était trop naze, comme le fait que les vampires restent dans le brouillard (en Oregon, c’est pratique, c’est tout le temps comme ça) car au soleil leur peau brille comme s’ils avaient des paillettes plein la tronche. On voit donc un moment le vampire qui montre cela à Bella, et par la suite ça n’arrive plus du tout malgré quelques sympathiques expositions.

Et les indiens qui évidemment repèrent les vampires, parce que c’est bien connu, ils ont un sixième sens… Rhooooo ! Come on…

Le film met tellement de temps à se mettre en place, et à se concentrer sur leur grimaces et autres paralysies faciales, que l’intrigue secondaire du film (Car la principale c’est l’histoire d’amûûûûûûûûûr impossible entre eux !!), c’est-à-dire les méchants vampires en promenade dans le patelin, est bouclée en deux temps trois mouvements. Du coup, on a juste trois minutes pour dégoter un méchant, lui faire faire un sale coup, et lui botter le cul. Hop, hop, hop, emballé c’est pesé.

Le pire c’est que je veux bien croire que les bouquins ont des qualités, mais il fallait peut-être les adapter un peu plus pour le cinéma. Parce que là, pour moi ça ne passe pas du tout, et pourtant je suis un assez bon amateur de bluettes et de chick-movies assez guimauves. Mais il y a des limites, et là clairement, elles ont été plus qu’atteintes ! Et ce n’est que le premier !!!

(Et encore je ne vous parle pas de la partie de baseball vampirique ou encore de la jalousie des Cullen, ou des désirs sexuels refoulés des uns et des autres… Mein gott !!)

L’avis des copines : Leto.

Twilight - Chapitre 1 : fascination

8 Commentaires

  1. Accessoirement, les indiens ne repèrent pas les vampires « parce que c’est bien connus, ils ont un sixième sens », Matoochou, si tu avais écouté, il y a cette phrase que dit Jacob, l’indien mignon pas le grabataire, à Bella (trad approx, j’ai vu le film en VO): « tu sais que nous autres sommes censés descendre des loups, les Cullen aussi apparemment ont leur légende… » ça aurait du te mettre la puce à l’oreille sur la véritable nature des indiens, qui leur permet de savoir ce que sont les Cullen.

    (Quoi je spoile ? Nononononononon, même pas vréeu d’aboreu !)

  2. Oui, à la sortie de la projection l’avis était assez unanime, et c’est également le mien : c’est pas mal pour des ados, mais ça n’a pas l’ambition d’une grande saga d’héroïc fantasy à la Harry Potter, désolé ! Heureusement la réalisatrice a été virée et ne sera pas en charge des deux prochaines (et très certaines) adaptations. C’est d’ailleurs sans grande surprise qu’après une première semaine confortable après sa sortie en salle aux US, le film a immédiatement décliné pour devenir un flop. Et dire qu’il n’y a même pas une scène de cul pour nous faire un peu plaisir !

  3. Ta critique m’a vraiment bien fait rigoler. Ce film sent le truc a midinette à plein nez mais ton article m’a rendu curieuse de voir si vraiment c’est aussi cul cul la praline que je le pense. Peut être bien qu’un après midi à tuer j’irais voir cette chose (je te rassure j’ai la carte illimitée). Et puis ça me permettra de voir le boulot de la réal qui avait quand même fait « Thirteen » que j’avais bien aimé (pas du tout dans le même genre!!!)

    « Mais ils sont cool, ils ont fait un pacte avec les indiens du voisinage, et ne mangent que des bestioles. » Si ça s’est pas être MEGA COOL…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages