« The Tempest » de Shakespeare au Théâtre Marigny

Ah là là, il ne fallait pas manquer cette pièce là. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut se faire une pièce de Shakespeare en VO (avec surtitrage) à Paris. Et quand la mise en scène est de (l’immense) Sam Mendes, c’est une raison supplémentaire de ne pas s’en priver. Il y a, de plus, derrière cette production qui mélange comédiens américains et anglais, une véritable volonté de lier les deux continents et de créer un spectacle réellement international. Il s’agit comme son nom l’indique du « The Bridge Project ».

Je ne connaissais pas la pièce et j’ai vraiment été emballé par l’histoire qui allie fantastique, mythologie, romance et drame. Tout se déroule sur une île où ont échoué Prospero, ancien Duc de Milan, et sa fille, Miranda, après avoir été chassé et bafoué par son propre frère. Prospero grâce à son savoir et ses talents est devenu une sorte de dieu, et il règne notamment sur tout un tas d’esprits et de divinités qui le servent (dont le beau Ariel). Bon c’est toujours un peu compliqué ces histoires de famille… En fait, il y a une énoooorme tempête, et s’ensuit un naufrage de personnalités familières à Prospero. Il s’agit de son frangin Antonio qui lui a volé son trône, en s’associant avec le roi de Naples Alonso et le frère de ce dernier Sébastien. Ils sont tous sur l’île après le naufrage, avec en plus le fils d’Alonso, Ferdinand, et le seul personnage un peu vertueux, Gonzalo, qui avait permis à Prospero et sa fille de s’en sortir indemnes. Ouf ! Voilà la scène.

Il va se passer un tas de choses, grâce aux pouvoirs magiques d’Ariel notamment, avec l’habituel arsenal des pièces de Shakespeare, une vengeance qui finalement s’assagit, avec un peu de comédie et beaucoup de fantastique. La pièce est aussi ponctuée de tirades particulièrement belles et émouvantes, qui m’ont donné énormément envie de lire le texte. Évidemment entendre cela en anglais était merveilleux, malgré la grande nécessité des surtitres pour bien suivre et profiter du spectacle.

Les comédiens sont extraordinaires et vraiment il n’y a aucune critique à formuler… La mise en scène est sincèrement bluffante, et les costumes et décors fignolent une fantastique alchimie qui finit d’emporter le spectateur. Le spectacle m’a laissé une kyrielle de souvenirs et d’impressions tant il est efficace et troublant. Je ne peux rien dire de plus, il fallait vraiment voir ce machin là !

"The Tempest" de Shakespeare au Théâtre Marigny

4 Commentaires

  1. Une pièce de Shakespeare surtitrée, j’adorerais ! Pour garder la musique de l’anglais.
    Je me souviens avoir été voir Michel Serrault dans « l’avare » en un temps vraiment ancien, euh, et de ne rien avoir entendu du tout ; heureusement qu’on connaissait l’histoire et qu’on suivait le truc de la cassette et tout et puis y a pas à dire Michel Serrault c’était un acteur expressif. Maintenant tout le monde a son petit micro-casque autour de la tête, même les chanteurs qui n’ont pas de voix ou ne sont même pas des chanteurs on les entend au fond de la salle et en plus c’est surtitré (les opéras…) !
    Ceci dit j’adorerais voir « la tempête » de Shakespeare, c’est pas cette pièce qu’ils répètent dans le cultissime « le cercle des poètes disparus » mais « le songe d’une nuit d’été », c’est tout aussi onirique.
    Shakespeare n’a pas pris une ride.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages