Stanley Kubrick – L’Exposition (à La Cinémathèque Française)

Stanley Kubrick - L'Exposition (à La Cinémathèque Française)

Il s’en est manqué de très peu pour que je réussisse à voir cette exposition ! Mais j’y tenais car les articles de presse étaient plutôt élogieux, et j’aime bien Stanley Kubrick tout en ne connaissant que peu de chose sur ce grand maître du cinéma. Au final, l’exposition est un brin décevante, car même s’il s’agit d’une remarquable collection ainsi mise en valeur, on ressort de là avec beaucoup d’images mais pas beaucoup plus de connaissance du réalisateur.

Les salles sont une simple succession d’illustrations diverses et variées des films de Kubrick. 13 films et donc 13 espaces dédiés sont à parcourir dans un ordre simplement chronologique. Mais le fait de n’avoir pas du tout une approche thématique empêche d’exploiter les points communs entre les films, et donc de pénétrer un peu plus l’oeuvre de Kubrick, d’en découvrir l’intimité, la symbolique, les vecteurs de créations, ses gimmicks etc. Rien de tout cela, mais on déambule plutôt dans une somptueuse collection d’objets, de scriptes manuscrits, de coupures de journaux, de costumes, de morceaux de décor, et en somme une reconstitution un rien disneyienne de l’univers du cinéaste. C’est une démarche très plaisante pour retrouver l’univers des films que l’on connaît bien, ainsi pour Spartacus, Barry Lyndon, Docteur Folamour, 2001 L’Odyssée de l’Espace, Full Metal Jacket, Orange Mécanique ou Eyes Wide Shut, que j’ai vu et revu, c’est un peu de la nostalgie ou une manière de « toucher » ces oeuvres de fiction. Mais pour celles que je ne connaissais pas, à part voir des images auxquelles je ne comprenais pas grand chose, bah rien de plus en fait…

Donc une belle exposition, mais qui aurait certainement mérité un ton plus pédagogique et explicatif… même si j’ai bien tripé sur la maquette réelle qui a servi à la salle de commande de Dr Folamour ou encore tous les éléments de costume ou les placements publicitaires d’époque pour 2001 (le deal c’était que les grandes marques, comme IBM ou Hamilton, avaient leurs produits exposés, mais ils devaient présenter des prototypes qui illustraient bien le futur) etc.

A noter à la fin, il y a tout de même quelques éléments qui rappelle un des projets emblématiques de l’auteur avec « A.I. », qui a été finalement réalisé par Steven Spielberg.

Stanley Kubrick - L'Exposition (à La Cinémathèque Française)

3 Commentaires

  1. La question est : y a-t-il des gimmicks dans l’oeuvre de Kubrick. Je ne crois pas, en fait.

    Ceci dit, pour moi cette expo a eu une grande vertu : me donner envie de (re)voir ses films. Et avec le recul de quelques années, j’y ai vu plus de choses que ce qui m’avait sauté aux yeux avant.

  2. Anne> Selon mon chéri qui connaît vachement bien, et qui était encore plus frustré que moi, oui y’avait vraiment de quoi faire avec notamment la notion de gens qui voient les chosent et d’autres qui ne les voient pas et des trucs comme ça. :rigole:

    SailorToshyo> C’est déjà terminé ! :tirelangue:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages