Star wars : Episode III – La Revanche des Sith

Fan de Star wars depuis tout môme, je ne pouvais pas manquer cette conclusion, et me devais d’y aller le premier jour. Je ne suis pas du tout déçu, vraiment c’est un très bon épisode. Evidemment, ce n’est pas du grand cinéma mais certainement un des très bons opus du genre « Space Opera ». La salle était blindée d’applaudisseurs et de crieurs en tout genre, bien bourrins et bien boeufs comme on aime. D’ailleurs, Oli était là avec un collègue à lui, et j’ai fait des efforts pour m’intégrer (il m’avait briefé, il ne fallait pas que je lui bousille sa couverture). J’ai serré la paluche d’Oli avec fermeté et décontraction, et quand on a eu la pub Miko avec les bonasses, j’ai même dit : « Putain, comment elles sont bonasses ! ». Et comme ils n’avaient pas entendu (ils étaient un rang devant), j’ai répété : « PUTAIN, COMMENT ELLES SONT BONASSES ! ». :mrgreen:

Le film démarre sur la plus belle scène de combat spatial jamais vu dans un film. Vraiment il s’agit d’une dizaine minutes de pur bonheur avec des points de vue qui mettent le spectateur au coeur de l’action. Les points de vue sont extraordinaires avec des couleurs qui pètent partout, des images de synthèse au poil et une virtuosité de la caméra qui défrise. C’est comme si on était dans le cockpit et les bombes, robots agresseurs, vaisseaux ennemis fusent de tous les côtés. Palpatine a été enlevé par un maléfique robot tuberculeux, le général Grievous (on ne traduit plus les noms, donc il y a une drôle de coexistence entre les anciennes francisations et les noms originaux), un pote du comte Dooku. Evidemment, le duo d’enfer : Anakin et Obi-Wan réussissent à sauver Palpatine et à le ramener au bercail, ce qui renforce encore les pouvoirs et l’autorité du Chancelier. A croire que c’est ce qu’il recherche le bougre !!

Le scénario continue sur la lancée des deux autres, ce qu’on subodorait est bien en train de se passer. On va encore me frapper si je spoil trop, donc je n’en dirais pas plus. Mais Anakin est de plus en plus la proie de ses émotions qui le mène à fricoter avec le côté obscur de la Force (non, ça n’a rien à voir avec son anus, je vous assure). Il fricote surtout avec Padmé (avec son anus peut-être, mais pas uniquement, ce qui suit l’explique très rationnellement), et à force (mais rien à voir avec la Force) elle est enceinte. Hummm cela montre que ce n’était pas une relation très safe d’ailleurs, mais passons…

Sinon Jar Jar Binks a la bonne idée de rester muet, donc pas un missa ou un moissa des deux heures. Par contre, Anakin a malheureusement du texte et un rôle conséquent, donc on se tape les interprétations douteuses de Hayden Christensen qui se prend pour un acteur expressionniste allemand. Du coup les scènes avec lui et l’Empereur m’ont bien fait rire, entre l’un qui se prend pour le Nosferatu de Murnau et l’autre qui nous donne des airs de « M le Maudit » en colère. Mais cela fonctionne très bien et sert convenablement la narration malgré un côté un peu kitsch (c’était mieux quand l’Empereur restait un hologramme mystérieux). Il est par contre incroyable de constater que c’est le même comédien qui a interprété l’Empereur dans le Retour du Jedi. Globalement, les comédiens ne sont pas mauvais. Evidemment, Ewan McGregor est beau comme un dieu, même en bear vieillissant, et Nathalie Portman s’en sort aussi bien malgré son rôle de cruche facheune. En effet, Padmé met de plus en plus ses pains aux raisins sur les oreilles, pour mieux faire la transition vers l’épisode suivant, ou juste pour montrer qu’elle était drôlement avant-gardiste en terme de mode pour son époque.

D’ailleurs si une chose est réussie dans cet épisode, c’est principalement la perfection avec laquelle la fin du 3 est raccord avec le début du 4. Jamais je n’aurais imaginé un scénario qui serait autant fignolé et dont les ficelles peu à peu feraient apparaître les prémices de l’épisode suivant. Bien sûr, on s’attend toujours aux clins d’oeil, et on savait en gros qu’on aurait la genèse de Dark Vador (Darth Vader), mais là on a droit à toute l’explication. Le pourquoi du comment de sa carcasse noire, de sa respiration phtisique, ainsi que la sale gueule de l’Empereur, l’accouchement de Padmé, le destin de Luke et Leïa, Obi-Wan qui va sur Tatouine et Yoda qui prend le chemin de l’exil etc. (Et même pourquoi il n’y a pas de robots combattants dans la suite…)

Le film est évidemment un petit bijou esthétique, avec des décors et costumes somptueux, ainsi que des images de synthèse qui tapent leur mère !

Par contre, à trop abuser du numérique, on fait des économies de bouts de chandelle qui finissent par se voir. Les clones par exemple, ce n’était vraiment pas la peine de faire des personnages entièrement en images de synthèse pour leur donner la même tronche. Ils sont tellement mal faits qu’ils sont déformés et ne résistent même pas à la perspective et aux mouvements de caméra. Idem pour certaines bestioles qui feraient presque regretter le temps des animatronics et leurs textures plus réalistes.

Au final, ce film est une réussite car c’est un pur divertissement de deux heures où l’on en prend plein les mirettes, et qui ne dessert pas la qualité de la trilogie originelle. Evidemment, ça n’a pas le même charme des épisodes qui ont créé le genre même, mais ce qui pèche du scénario ou de l’originalité est compensé par des effets spéciaux beaucoup plus chiadés. Bon mais maintenant c’est fini, et ça c’est con.

Star wars III : La Revanche des Sith

19 Commentaires

  1. Bon, il faut que je demande à X. et à G. l’autorisation de te rouler un patin pour te remercier :mrgreen: (même la seconde fois, j’ai pas entendu ta remarque sur les filles miko – inutile d’en faire trop, tu sais! 😀 )

  2. (bon je suis moins optimiste que toi sur les raccords – notamment pourquoi ki ya pu de droïdes. Mais alors là oui, c’est vraiment un bon SW, jusque dans ses maladresses.)

  3. moi aussi je suis descendu dans la foule pour rejoindre mon gros multiplexe bien américain. Heureusement qu’il y a cet épisode pour rattraper les deux premiers. Mais faut-il deux films pour lancer le troiseme et le troisième pour annoncer les trois autres???? Je suis assez surpris du rôle des femmes dans cet épisode… neu-neu et pleureuse!!!!!!
    Matoo…allons donc, tu n’aime pas Jar Jar Binks!!! pourtant je trouve que c’est ce qui manque a cet épisode. Il n’y a pas assez d’humour, de décalage et de créatures bizzares qui servent de faire valoir.!!!!

  4. Je tiens à rétablir une vérité historique: ce ne sont ni des pains aux raisins, ni des escargots… mais des macarons au chocolat, si si si si si.

  5. Mwahahah ! Moi, j’y vais ce week-end et j’entends bien en prendre plein la gueule (surtout que tu viens de m’apprendre que Jar Jar ne l’ouvrait pas et ça, c’est un plus !)
    Mais es-tu sûr, cher Matoo, que tout soit bien fini ?
    Crois-tu Lucas capable d’abandonner VRAIMENT Star Wars ? 😉

  6. « I will not stay here, and watch my people suffer and die, senator ! » Mais qui disait ça dans l’épisode I ? Question à 1 euro !:boulet:

  7. Matoo… Pour les spoilers, tu fais exprès rien que pour m’embêter que je suis en pleins examens de ouf’ pour même pas avoir le temps d’écrire un ch’tit machin sur mon blog et encore moins pour aller voir ce putain de Star Wars III que j’attends depuis des années, ou… … ben voilà, je sais plus…

    NO SPOILER, PUTANA DI MIERDA ! METTEZ-MOI DES GROS [SPOILER][/SPOILER] ENTRE LES PHRASES A NE PAS LIRE, NON MAIS ! :mur:

    Bon, enfin… tu m’as fait grave saliver à l’idée d’aller le voir aussi vite que possible. Et ça, c’est cool. :ok:

  8. (ah non, oui, je suis tout à fait d’accord pour les droïdes, j’avais bien entendu, mais je ne vois pas du tout pourquoi l’Empereur fait cette demande. Ni pourquoi dans la suite, il ne décide pas de les réactiver… C’est du bricolage :o) C’est d’ailleurs vraiment pour ça que j’aime ce type de narration : ça a le souffle d’un récit dit par un conteur, qui se trompe sur les détails.)

  9. Le épisodes 7 à 9 officiels ont déjà fait l’objet d’un roman très réussi – la trilogie de Thraw, par Timothy Zahn -, chez Omnibus, je crois, second de deux gros volumes comprenant pleins d’appendices et de chronologies – le premier volume reprenait entre autres la novellisation sans intérêt parce que trop collée au film et rédigée dans un style qui frisait le minable des 4, 5 et 6.

    Ca se passe pendant la reconstruction de la République et, par rapport aux épidodes précédents, malgré le très beau talent de Zahn, j’ai trouvé que ça frisait l’anecdote.

    Il ne faut tout de même pas oulier que l’unité des deux trilogie, à mon sens, et même si on peut en trouver d’autres, provient de : « rise, fall and redemption of Anakin Skywalker ». Remis dans la perspective global, je trouve aujourd’hui Luke assez accessoire – et je dois avouer que ses aventures uktérieures m’intéressent moyen.

  10. Effectivement, un excellent star wars. Même si je préfère le petti Mc Gregor, ils sont pas mal du tout les pecs de l’autre merdeux christansen.

    Strokkur >> I will not stay here, and watch my people suffer and die, senator :::: Et bien il s’agit de la reine amidala/padme. Une séquence qui était dans la bande annoncé. J’étais tellement impatient que je l’ai vue un paquet de fois. Mais maintenant, je sais calmer mon impatience. Y avait aussi « I’m not caution a polical war »

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages