Star Trek

Temps de lecture : 3 minutes

J’allais voir ce film avec beaucoup d’appréhension et j’étais prêt à être déçu, mais au final j’ai été conquis. Evidemment ce n’est pas un grand chef d’oeuvre mais il remplit parfaitement son office, en proposant un bien sympathique et drolatique space opera. Et surtout, un film dont la série originale du même nom n’a pas à rougir.

Ce n’était pas facile de reprendre Star Trek en faisant table rase des différents films, dont la plupart ont énormément vieilli, il faut l’avouer (mais je les ai aimés en leur temps). Difficile aussi de faire une suite aux innombrables générations d’équipages de l’USS Enterprise, et en outre peu de gens ont finalement suivi ces épisodes. Du coup, sacré parti pris que de reprendre les personnages originaux, ceux des années 60, sans que ce soit kitsch, en respectant nos souvenirs (je regardais ça sur la 5 de Berlusconi des années 80 en énième rediffusion), et en proposant une histoire qui tienne la route. C’est d’ailleurs certainement sur ce dernier point que le film pèche. Et du coup, plutôt que de chercher des personnages similaires à ceux des sixties, le choix s’est porté sur une genèse de Star Trek. Et le film présente donc les jeunes membres de l’équipage de l’USS Enterprise, leurs rencontres et les prémices de leurs amitiés au long cours.

Je dois avouer que je trouve le film terriblement remarquable tant pour le choix des comédiens, que de la manière dont leurs relations sont dépeintes, les différents traits de caractère qui correspondent bien aux clichés qui leur sont rattachés. Aussi bien du côté Kirk que McCoy ou Spock, tout est bien calé, entre les blagues, engueulades ou classiques consensus raisons contre sentiments.

Le film est plaisant, punchy, agréable, divertissant, et est servi par de beaux effets spéciaux, ainsi que de véritables madeleines de Proust pour moi (je suis un gros fan de la série TV originelle). Mais là où le bât blesse c’est sur le scénario qui est épais comme une feuille de papier cigarette (qui n’est pas très épais). En fait, cela n’est presque pas gênant car le film se construit principalement sur ses personnages, et du coup le méchant romulien et ses turpitudes existentielles passent largement au second plan. A vrai dire, il est beaucoup plus intéressant de s’attacher à ce cher Spock du passé et du futur, et au joli binôme « rhaa lovely!!! » Zachary Quinto / Leonard Nimoy.

Donc vraiment l’histoire est si optionnelle, qu’il vaut mieux garder en tête les « rhaa lovely!!! » Chris Pine, Zachary Quinto, Eric Bana, Anton Yelchin, l’incroyable talent pour moderniser un rien les costumes et machines tout en leur conservant une once de kitsch. C’est subtil mais remarquablement dosé à mon avis, et même Uhura garde son gros machin dans l’oreille en restant crédible. De même, plutôt que de passer l’accent de Chekov sous silence (Anton Yelchin a un superbe accent à couper au couteau, même s’il n’en a pas du tout dans Terminator 4 où il joue le rôle du père de John Connor, et qu’il est né à St Petersbourg), ils ont pondu une blague récurrente qui fonctionne plutôt bien.

Le film fait presque penser à certains égards à un « Galaxy Quest », mais heureusement la parodie est assumée et assez légère pour que la pilule passe parfaitement. On y voit ainsi plus un hommage qu’un pastiche, et le space opera est assez divertissant et sympatoche pour passer un bon moment.

Star Trek

J'aime 0

2 Commentaires

  1. Moui, c’est une drôle de madeleine. Effectivement les personnages sont attachants mais l’histoire (fidèle au modèle du paradoxe temporel cher aux auteurs des séries) est un peu loufoque : détruire une planète… enfin je veux dire, détruire CETTE planète.. Non mais quand même. Enfin voilà, un premier épisode avec un nouveau casting qui pourrait donner une nouvelle suite de films sur des bases dépoussiérées. Quitte à avoir dépoussiéré la technologie, je ne comprends pas pourquoi ils ont gardé une salle des machines aussi « rétro ».
    J’attends quand même les futurs films avec impatience 😉

  2. interessant comme avis, je crains que l’épaisseur minimale du scénario ne me pose problème (j’adore les prises de têtes compliquées avec les mechaniques temporelles ♥), mais çame donne de plus en plus envie d’aller le voir.

    Je me demande si ça donnera lieu à une nouvelle franchise startrek qui se fait un peu attendre là (je veux dire si on exepte trek-gate, enfin atlantis quoi 😀 )

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: