Où l'on entretient les bonnes relations de voisinage

Samedi soir, j’étais invité à l’anniversaire d’Ana, la meilleure amie de Diego, et depuis quelques années une amie à moi aussi. Le gros avantage de cette fête c’est qu’Ana habite à 500 mètres de chez moi, et que c’est donc un vrai bonheur de sortir lorsqu’on sait qu’en dix minutes à peine on peut être rentré chez soi.

Les trente ans furent solennellement célébrés à renforts de bouteilles de champagne, qui a coulé à flots cette nuit-là, par les pochetrons ainsi rassemblés. Nous étions relativement peu, une petite dizaine, mais dans une forme proche de l’hystérie, aussi nous avons fait du boucan de tous les dieux. Ana nous avait prévenu que les voisins du dessous faisaient aussi une teuf, elle avait vu un papier dans le hall qui l’évoquait. En effet, on sentait à travers le plancher les BPM qui martelaient fortement, et scandaient encore plus nos reprises de Dalida.

La musique fut des plus diverses : Madonna, Dalida, répertoire des années 80 en passant de Jeanne Mas (la « grande » Jeanne) à Jackie Quartz (« la copine qui s’tire en rââââlant ») et…. encore Madonna (Ana est terriblement fan). A une heure dépassant la limite éthylique autorisée pour même marcher dans les rues sans être accompagnés, nous avons joué à un petit jeu coutumier qui me fait à chaque fois mourir de rire. Il s’agit de mettre une chanson en anglais que tout le monde connaît… au hasard… Madonna ! Et ensuite de traduire en français, tout en chantant à tue-tête avec sa hargne de StarAcadémicien.

Cela donne à peu près :
« Gelé, tu es gelé … quand ton coeur n’est pas ouvert.
Tu es ainsi consommé par combien tu obtiens,
Tu t’oblige a perdre ton temps avec la haine et les regrets,
Tu es cassé quand ton coeur n’est pas ouvert.
Mmm..Mmm..Mmm..Si je pouvais rencontrer ton coeur,
Mmm..Mmm..Mmm..Nous ne serions jamais aussi distant,
Mmm..Mmm..Mmm..Donnes toi à moi,
Mmm..Mmm..Mmm..tu…as pris..la clé. »

Plus tard, des voisins se sont plaints de la musique et du bruit, mais un peu gêné par il était difficile de juger qui faisait mieux (pire) entre nous et ceux d’en dessous. Nous avons fini par sortir en même temps que nos égrillards voisins, et ces sympathiques gens nous ont invité à nous joindre à eux. Merveilleux ! Nous n’avions plus de champagne !

Nous avons donc fini la soirée avec une brochette de joyeux drilles très sympas. Par le plus grand des hasards, il s’agissait d’un couple de pédé (le 11e un repère de pédés naaaaan ?) qui invitait. Nous sommes donc restés la majorité sexuelle de la soirée, ce qui ne fut pas pour déplaire à Olivier qui a ainsi multiplié ses chances auprès du voisinage féminin.

4 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages