Mon cousin Rimbaud

Je suis rentré chez mes parents dans mon 95 natal pour un déjeuner de Pâques en famille. C’est très drôle, dans ma famille athée on ne rate jamais une célébration de Pâques avec agneau pascal en figure de proue et chocolats en pagaille. Mais bon, pour les mômes de la famille, et moi quelques années auparavant, cette fête est une des meilleures pour le guet des cloches et la chasse aux oeufs dans le jardin qui s’en suit.

Je suis très « famille », et j’ai la chance d’avoir une large parentèle relativement soudée. Cela s’expliquant aussi par le fait que les liens sont ténus entre les lignées du côté de mes deux parents. Ainsi, je suis originaire d’une petite ville du 95, Osny, une bourgade où ma maman est née, et où mon père, parigot du dixième, venait en vacances avec ses parents (à la campagne à l’époque). Et donc ces deux familles se connaissent et se fréquentent depuis une cinquantaine d’années. Forcément, les accointances vont et viennent, mais le résultat final c’est que mon père s’est marié avec ma mère, et aussi que la soeur de mon père a épousé le frère de ma mère. J’ai même appris qu’un de mes oncles (autre frère de ma mère qui est homo aujourd’hui) était sorti avec une autre soeur de mon père pendant un certain temps. Enfin, tout cela pour expliquer que ma famille est assez soudée autour de ces deux foyers « mêlés ».

Aujourd’hui, c’était surtout l’ascendance maternelle qui était représentée avec notamment, mon grand-oncle et ma grande-tante (soeur de mon grand-père maternel). Comme je l’ai dit à maintes reprises, je suis algérien, portugais, allemand et français par mes quatre aïeux directs, et donc ma grande-tante est celle née au Portugal et qui a 88 ans (son mari en a 90). A chaque réunion de famille, j’adore quand on parle de mes ancêtres et que je peux glaner quelques épisodes de mon histoire trans-générationnelle. Ma grande-tante est pétante de rire car elle est sourde comme un pot et qu’elle déforme tous les mots de manière excessivement comique, et puis elle a ce truc de raconter des affaires de l’ancien temps en enjolivant bien les choses. Ma mère est toujours là à redresser un peu les abus, et moi de compléter cela par un jugement bien « Matoo ». Enfin on rigole bien !

J’admire assez cette femme qui s’est mariée à 15 ans et 7 mois, car comme elle le dit assez sérieusement : « Dans le temps, on ne fréquentait pas. On se mariait d’abord. C’est papa qui disait cela. ». Et puis, ma mère rajoute dans un coin : « Ouai, en fait il ne voulait pas que tu suives son exemple… parce que Grand-mère était enceinte non quand ils se sont mariés ? ». Et ma grande-tante : « Ah bon ? Tu étais au courant, mais comment ??? ». :mrgreen:

Mais surtout cette grande-tante a divorcé à l’âge de 19 ans, parce qu’elle vivait un calvaire avec un homme qui la battait. C’est une chose extraordinaire pour l’époque, et quand je pense à ce qu’elle a du endurer, je suis encore plus admiratif. Vous savez bien ce qu’on dit des divorces et des divorcés, encore aujourd’hui, et bien elle s’est finalement mariée avec mon grand-oncle en 1941, et ils étaient là tous les deux ce midi. On a pas mal évoqué son père, mon arrière-grand-père qui était mineur au Portugal, qui est venu en France pour la première guerre mondiale, qui s’y est fait gazé, puis qui a fait venir sa famille dans le nord de la France pour continuer à bosser dans la mine. Et puis, il y a eu le creusement du métro, et l’arrivée à Paris. Le décor était dressé pour que le frère de ma grande-tante y rencontre ma grand-mère.

Elle m’a encore fait mourir de rire avec ses déformations linguistiques légendaires. On a notamment eu droit à la ville de Vidauban, qui est devenu Vitauban, dont je n’ai pas pu me retenir de relever la contrepétrie. Et puis, un mobile-home devient vite un mobilobodome ! Cela m’a rappelé un épisode beaucoup plus drôle et marquant d’il y a quelques années. Elle évoquait alors à ma mère et moi, un de mes cousins (que je connais à peine) qu’elle surnommait d’un curieux sobriquet : « Rimbaud ». Je ne comprenais pas le rapport avec ce mec, surtout qu’elle disait en substance qu’il était un peu teubé et primaire. Elle continue son discours, et j’essaie d’en savoir plus. Et je finis par lui demander : « mais pourquoi Rimbaud ? ». Et elle m’explique, sceptique sur mon incompréhension, qu’il n’a pas inventé la poudre. Je ne comprends toujours pas, alors elle m’explique qu’il est militaire et qu’il vante sans arrêt l’armée de terre ainsi que sa passion des armes. Je suis à l’ouest alors je dis tout de go : « mais malgré tout c’est un poète dans l’âme, ou un dur au coeur tendre c’est ça ? ». Evidemment je me réjouissais secrètement d’avoir un cousin un peu boeuf, militaire et manifestement pédé vu son surnom. Mais ma grande-tante me regarde bizarrement et me dit : « Heiiiin ? Poète, mais non j’ai pas dit ça ?! ».

– Et bien pourquoi Rimbaud alors, je ne comprends pas ?
– Et bin, tu sais, Rimbaud avec les armes et tout, tu sais celui des films. Celui qui tue tout le monde, et qui tire avant de poser des questions. Rimbaud quoi !!
– Aaaaaaaaaaaaaaaaaah ! Rambo !! Rambo, tu veux dire. Pas Rimbaud.
– Bin oui, c’est ce que je te dis depuis toute à l’heure : RIM-BAUD !

C’est vrai que phonétiquement c’est proche, mais sur le coup, j’étais beaucoup moins intéressé. :gene:

14 Commentaires

  1. Hahahahah, ça me fait penser à ma grand mère et ma tante qui ont cotoyé en leur temps les italiens et les français installés à Tunis. Elles nous sortent encore de ces mots qui nous font pleurer de rire. :-)

  2. MDR ! Ma grand mère est bidonnante pareil, elle fait des sales blagues en cauchoix (que je ne comprends pas). Genre une fois en allant à la messe dans une petite bourgade, elle a sorti je ne sais pas quoi à je ne sais pas qui en traversant le marché. Comme je lui donne toujours le bras, tout à coup elle sent une légère secousse accompagnée d’un « mais tu vas te tenir, tu es insortable mon dieu »… Mon grand-père un peu en retrait, mort de rire… Tout ça pour dire que tu as bien de la chance Matoo d’avoir une famille unie !

  3. Heuuuu oui, mes parents habitent au Havre et c’est là que j’ai passé toute ma jeunesse… J’ai quitté la région après mon bac pour mes études, j’y reviens souvent

  4. [ah le Havre, j’adore]
    Parfois il suffit d’une simple phrase pour qu’une façade s’écroule.
    Pour démontrer à mes parents q’une de leurs amies était une vraie conne, il avait suffi de la laisser parler. Elle affichait des airs intellos à faire ricaner une lectrice de la collection arlequin, et prenait toujours ce que disait mes parents avec un sourire condescendant ce que disait mes parents,comme si leur simplicité était *attendrissante*, et cette attitude me gonflait, mais bon, ils l’aimaient bien. Lorsqu’elle me dit un jour en plein repas:  » Cet homme [dont je vous parle] est extrèmement platonique! » Surprise de me parents…(Elle entendait par là un type qui ne disait que des platitudes)

  5. Moa ma mum elle est britsih, alors quand elle dit qu’elle se sent fraiche comme un lardon pour aller voir une exhibition, faut pas s’étonner.

  6. Hahaha
    Juste pour signaler que c’est pas bien du tout de se moquer des villes les plus magnifiques de France (genre Le Havre): maintenant faut que j’aille y travailler, après avoir fait pendant plus de 20 ans berk! berk! berk! en regardant ce magnifique panorama depuis Deauville. Alors faites gaffe: ça n’arrive pas qu’aux autres.

  7. Au dictionnaire de feu ma grand-mère : cheuvaingomme (pour chewing-gum), marjorettre (pour majorette), caraco (pour karaté), dysnastif (pour dynastie), campigne (pour camping); p’tit short (pour tee-shirt); cow-boy (pour cobaye)…

  8. De mon côté, le probème venait surtout des langes parlées par tout ce beau monde ; surtuot ma grand-mère maternelle d’ailleurs, qui avait tendance à tout traduire littéralement de l’allemand au français… ça allait des erreurs simples et facile à contourner « je m’ai fait mal », aux tournures que personne ne comprenait, même ceux qui parlaient bien les deux langues… sauf quand ça parlait de bouffe parce qu’alors quelque soit la langue, c’était bon :)

  9. Alors, ça arrive un peu tard (week-end pascal oblige !), mais merci 1000 fois Matoo pour le nnouveau ancien layout !!!! Ce chat a un côté rassurant : on est bien sur ton blog !

  10. Alors que je cherchais péniblement les 3 plus grands évènements du 20ème siècle sur Google, je suis tombé sur ce site et sur ton article du 12/11/2003 intéressant dans une juste mesure puisque ce n’était que des points de vue rapidement évoqués mais surtout très amusant… Je me suis alors laissé porter par tes articles et je dois bien avouer que j’adore ta façon d’écrire, simple, drôle, fournie, avec rebondissements garantis et une utilisation toute « Nothombesque » de mots percutants rythmant tes articles!!! Bref, écrits comme de véritables lettres, ces petits articles sont à dévorer… La dernière en date avec les contrepétries est très bonne! Continue d’écrire, j’imagine que tu « prends ton pied » et que dire de plus si ce n’est que NOUS AUSSI!!!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages