Le secret de Solal

Le Solal invite des blogueurs à dîner, ça donne : Thomas, Pascal, Philippe, Julien, Lionel et moi. Et puis sur son mail, il précise que ses colocs seront peut-être là, mais qu’il ne faut pas évoquer les blogs car l’une d’elle, qui est une amie chère, ne doit pas être au courant de ça. Le blog de Solal c’est son jardin secret, et il a le droit de le considérer ainsi après tout.

On arrive les uns après les autres, le Kiki est de retour de Taiwan et nous échangeons quelques mots sur son expérience là-bas. Je fais aussi connaissance de Thomas que je ne connaissais que par son blog. Non seulement, les deux colocataires de Solal sont là, mais en plus, A. est avec un pote à elle, une espèce de bombe vénézuélienne dégotée en cours de Salsa, qui s’appelle Israël (j’adore le prénom). Pour l’autre coloc, no problemo, c’est une étudiante japonaise qui a du capter trois phrases complètes de toute la soirée. Elle s’appelle Shoko, et à chaque fois que j’entendais son prénom, je rajoutais dans ma tête : « BN ! ». :mrgreen:

Et bien évidemment, badaboum, A. nous fait un grand sourire et clame : « Bon mais dites moi, comment connaissez vous mon coloc ? ». Un grand silence alors s’installe, et tout le monde se regarde en chiens de faïence. Ne tenant plus, je me dis que la meilleure des réponses est de jouer les teubés congénitaux sincères et naïfs, et je m’y connais. « Ah ah, figure-toi qu’on a pas le droit de te le dire. Solal a été très clair sur le sujet, on n’a pas le droit de dire à A. d’où on le connaît. Hein c’est vrai ? » dis-je à Solal qui venait de rentrer dans la pièce et de comprendre avec stupeur la pénible situation, genre flaque de boue, dans laquelle il venait de sauter à pieds joints.

Enfin, il ne reste pas moins qu’à la fin de la soirée malgré mes cruels stratagèmes pour remettre le sujet sur le tapis toutes les… oh 3 minutes et demi, A. ne savait toujours pas par quel moyen nous nous étions rencontrés. Mais je ne suis pas un chien, car j’avais beau en reparler, je brouillais les pistes avec mes camarades de jeux en soumettant des propositions plus ou moins concevables. Ainsi A. a rapidement écarté la possibilité de la rencontre, par exemple, dans une baignoire de pisse d’une backroom bruxelloise…Cela fut l’occasion de chouettes crises de rire et de conversations bien gauloises. Il faut dire que je suis un peu trop naturellement enclin à orienter les conversations sur des sujets grivois et égrillards, fripons et graveleux. Hé hé hé.

Avec tout ça, j’ai passé une très bonne soirée et nous avons été royalement reçus par cet hôte de choix qu’est Solal. Evidemment, comme Thomas me l’a dit un peu plus tard, c’est vrai que c’est toujours étrange de voir en réalité des blogueurs, et que cela peut parfois les faire descendre du piédestal qu’on avait mentalement construit autour de textes… par définition immatériels. Et du coup, cela pose aussi l’intérêt de la rencontre IRL (in real life). D’ailleurs, je n’ai jamais trouvé que cela était essentiel, c’est sympa mais pas primordial du tout.

Je me suis tout de même excusé auprès de Solal d’avoir été aussi lourdaud hier soir avec sa coloc. J’avoue que j’ai été un peu arrogant sur le coup, et c’est un défaut que je n’aime pas chez moi. Après tout, il a ses raisons pour ne pas parler de son blog, de la même manière que je ne souhaite pas que mes parents ou ma famille tombent dessus un jour. Et je devrais respecter cela plutôt que de l’asticoter pour qu’il en dise plus. C’est un peu la même attitude effrontée que je peux avoir avec des gens qui n’ont pas fait leur coming-out. Mais bon heureusement, il ne m’en veut pas (parce que je suis gentil dans le fond arf).

Ah oui, il fallait aussi que je dise ça pour faire ma teupu ! Un message personnel à Eric : Solal a proposé à Jul de pionsser chez lui (dans une des chambres d’ami, mais oui c’est ça)… oui oui oui. Et ce dernier a refusé mais uniquement parce qu’il était trop tard pour qu’il prévienne chez lui. « Il le saura pour la prochaine fois… » Si si si, je vous juuuuure madame ! (Ne jurez pas Marie-Thérèse !) Humm ça va jaser… :mrgreen:

16 Commentaires

  1. Encore cette histoire de baignoire de pisse. Bon, tant pis, finalement la curiosité est trop forte (et je suis prêt à passer pour le neuneu inculte en backroom du jour) : est-ce ce que c’est vraiment à prendre au pied de la lettre? :gne:

  2. To Candide > Si tu lis bien attentivement les posts de Mathieu, tu sauras que tout ceci est vrai (la baignoire, la pisse etc.), David ! Mais, j’ai l’impression que la curiosité n’est pas ton pire défaut, me trompe-je ? Aussi, afin de ne pas rendre l’âme idiot, peut-être pourrais-tu envisager d’aller le vérifier sur place, pour ta trash culture personnelle (en tout bien tout horreur bien sur, sans consommation -sur place en tout cas -).
    Ah! La candeur…

    ————————–

    Je suis malheureusement assez d’accord avec le principe de la rencontre IRL évoquée partoi, ô maître de la pédéblogosphère ! :redface:

  3. La salooooooooopeuh :ben: c’est mêêêêême pas vrai !!!! :blah::blah::blah: c’est un complot, c’est une kabbale, comme on dit as chez moi… Si j’ai proposé à Jul de rester, c’était juste pour lui éviter de prendre le RER à cette heure avancée, de ce faire agresser par une bande de vilains méchants, car je sais que cela, Eric ne me l’aurait jamais pardonné…

  4. matoo> tu n’étais pas loin avec ton ‘pied d’estal’ puisque piédestal vient de ‘piedestallo’ (italien 17° siècle), litt. pied de stelle. un estal en (très) vieux français, c’est … une stelle.

    et puis c’est assez joli écrit ainsi ;)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages