Utrique fidelis

La semaine commence vraiment bien, j’ai déjà vu pas mal de monde et je me repose bien. Cette petite période anti-laborieuse me fait un bien fou. Déjà pour dormir, mais aussi pour flâner et pour voir des amis. Hier notamment, j’ai déjeuné avec Caro et Fabrice. Caro est une amie de Cécilia, qui m’avait présenté Fabrice qu’elle connaissait de la Fac (encore un truc du genre « tiens j’ai deux potes pédés, je vais les présenter »). J’étais même sorti avec Fabrice pendant au moins deux jours après avoir lutté comme un lion pendant des semaines pour me le faire. Il en a résulté finalement une belle amitié, à laquelle je tiens énormément.

J’étais donc extrêmement content de passer un peu de temps avec eux vers la Butte aux Cailles. On a encore fait halluciner Caro avec nos moeurs de pédébarbares, notamment concernant la fidélité. En voilà une notion qui en a fait coulé de l’encre et fait pondre des posts à droite et à gauche. Fabrice et moi étions plus ou moins d’accord sur le fait qu’elle était sous-entendue comme une fidélité de coeur et de corps. Mais nous étions aussi tous les deux en phase sur le fait que si l’un des deux y contrevenait, cela passait tant qu’on n’était pas au courant, et qu’on ne voulait pas du tout l’être le cas échéant.

Pour Fabrice il s’agissait de permettre à l’autre d’assumer des pulsions sexuels auquel lui ne se sentait pas de répondre, et ainsi de permettre l’équilibre du couple, tout en ne le mettant pas en danger pour un problème heu… hydraulique ! :mrgreen: Moi je suis un peu moins précis là-dessus… je sais que beaucoup de choses peuvent advenir dans un couple. Je pense qu’on peut faillir et rester amoureux et sincère. Je pense qu’on peut aussi être indécis à certains moments. Mais là mes amies hétéros me disent qu’au contraire c’est aussi en ne franchissant pas la ligne de conduite qu’elles se sont fixée qu’elles mesurent la grandeur de leur amour.

En tout cas, je sais que je ne veux pas de couple libre ou de trio. Evidemment je changerais peut-être plus tard, c’est vrai que la donne peut certainement évoluer après quelques années. Mais je suis tellement jaloux que je ne vois pas comment je pourrais imaginer mon mec en train de baiser avec un autre, même si je suis là, et encore pire que chacun fasse son marché de son côté. Et pourtant ça a l’air d’être le quotidien de couples qui fonctionnent plutôt bien. Alors la duplicité plutôt que l’honnêteté ou la sincérité ? Aheum… oui en fait. Dans ce cas précis, j’estime en effet que l’on a le droit de s’affranchir de ces règles pendant quelques temps, comme une période de probation, ou simplement de folie, qui permet de reprendre ses esprits, ou de les perdre complètement. On revient alors dans la relation rasséréné et rassuré, ou alors on en tire les conséquences…

Mais peut-être qu’après quelques années, il est pragmatique de se dire que le sexe peut se vivre en-dedans et en-dehors du couple en toute quiétude et sincérité. Mais au fond, je ne pense pas fonctionner comme cela. Nous ne sommes peut-être non plus pas tous égaux de ce côté là. ;-)

Aujourd’hui, je devais aller déjeuner à Place d’Italie avec Cécilia, Caro (bis repetita) Sophie et X. Ce dernier était avec moi, et je lui ai donc demandé si cela ne lui faisait pas trop peur de rencontrer mes gentilles copines. J’ai senti l’angoisse monter en lui, mais finalement non, il a été impeccable comme je le pressentais. :mrgreen: Et comme des midinettes, dès qu’il est parti fumer sa clope, elle m’ont demandé plein de détails, et m’ont confirmé : « il est très très bien ».

Nous sommes allés faire un tour à la keufna (FNAC pour les béotiens), et là j’ai eu une bonne expérience pour l’égoblog. En effet, au détour d’un rayon, un employé de la FNAC m’apostrophe en me faisant un grand sourire « Hey Mathieu ». Et hop, il est agrippé par une dame qui lui demande où se trouve le dvd du Seigneur des Anneaux (la connasse, on ne voyait que cela en plus). Le truc c’est que je ne connaissais ce jeune homme ni d’Eve ni d’Adam donc je cherchais rapidement dans ma base de données interne (Cergy, Primaire, Collège, Lycée, IUT, Ecole, boulots, boites, Paris, colos, potes de potes, soirées etc.), mais elle m’a rendu un « Sorry. No Match. ». Il est rapidement revenu vers moi et s’est présenté. Rachid donc me connaît du blog, et m’a donc reconnu. Aaaaaah je kiffe ! Il m’a fait plein de chouettes compliments, et cela m’a beaucoup touché et flatté. Cela compenserait presque le mail de la semaine dernière où l’on se plaint de mon « imbécillité congénitale ».

Donc, merci Rachid. ;-)

23 Commentaires

  1. Trop bon cette Matoomania! Je connais un peu ce phénomène… Comme le premier des imbéciles, j’ai collé une webcam de moi sur le net!? Elle existe toujours… Enfin, la gallerie! Le reste ne marche plus, encore une histoire de wanamou, de windaube et de codecs, c’est pas grave. Mais depuis, au cours de mes périgrinantions professionnelles, j’ai bien souvent senti quelques affections étranges et peu courantes à mon égard. C’est vrai, je ne me déclare pas ouvertement gay dans ce cadre voué à l’infini mais ça fait, de toute façon, toujours plaisir. Comme Garfieldd et consors, j’apprécie ton soin apporté à la magie de la lumière.

  2. Pour les moeurs pseudobarbares concernant, précisément, la fidèlité, Dieu du Ciel, qu’on accepte enfin la pluralité interne de ce concept : Si tout était rigoureuseument systématique, nous refuserions la contiguïté des différences (autrement dit, une seule équation de vérité serait tangible). Pour les pédés, la plupart seraient encore dépendants des blablas individualistes primaires qu’auront programmés les oppressions de l’hétérocentrisme : soit, j’élargis l’argument pour (uniquement) délayer la sauce, imaginez la guerre de 100 ans, des papes dépourvus de cavalerie vu qu’en ces âges on mange goûlument le meilleur ami de l’homme (aussi con qu’une vache, soit-dit en passant)Donc « anima non grata » sous peine de diabolisation. Nécessité martiale oblige. Au XXème siècle, un grand nombre véhiculent encore l’anathème (peu importe la conscience de l’héritage, je le répète en connaissance,une jument est aussi con qu’un boeuf, et les Hommes se répètent des acquis purement socio-historiques) De la même façon, notre hérétisme libidinal est né d’un défaut de soldat pour l’acquisition de territoires et de main-d’oeuvre pour les champs. Des siècles à copuler malgré soit avec la femme pour atténuer les incidences pratiques. Et aujourd’hui on nous reprocherait d’en subir encore l’élan ? Ca énerve, à la longue. Au tour des normalisateurs (eux-mêmes soumis à de l’histoire pourrie) de réviser leur programme de photocopisme pragmatique. j’avais averti mon mec à la base : toi hétéro voué, moi pédé chasseur – sinon drame. Et le drame est arrivé. mais le ventre plus que la tête a rendu son verdict. La morale est nécessaire, mais au cas par cas. Je suis illisible, je sais. Un soucis malséant de densité. mais , crotte : relativisons les types de relations !!!!

  3. En tout cas je revendique la notion de couple libre, malgrè ma fidélité … Cette fidélité n’est pas forcée ni subie, elle est juste normale et évidente. Il faut s’épanouir dans la relation qui nous convient, tant que c’est partagé par les deux! De mon côté ne pas aller voir ailleurs ne m’ôte ni indépendance ni liberté.
    (Bien sûr si Colin Farrell m’attend nu dans mon lit me murmurant que je suis le plus beau du monde et qu’il veut baiser comme une bête … je ne sais pas … :joker: m’enfin c’est pas pour demain :dodo:)

  4. Comme j’étais vers Place D’It, c’était justement la keufna en dessous du Grand Ecran !
    BaT> Soit mais moi sans déc je ne peux pas me déclarer ainsi, même si c’est finalement ce que j’applique. C’est peut-être bêtement par romantisme éculé ou pour prouver mon attachement à l’autre par une sorte de renoncement ou d’épreuve. Mais je suis d’accord avec toi quand tu dis : « Cette fidélité n’est pas forcée ni subie, elle est juste normale et évidente. ». Et si Colin Farrell vient faire des propositions à mon mec, je préfère rester avec l’idée qu’il renoncera par fidélité. ;-)

  5. Il y a tellement d’autres sujets dans le couple qui donnent l’occasion de prouver l’amour qu’on a pour l’autre… La fidélité ne peut être qu’un de ces facteurs. On ne peut être toujours fidèle mais on peut essayer de l’être lep lus souvent possible.
    Concernant ta célébrité, je suis jaloux, j’étais à la fnac italie lundi et personne ne m’a reconnu… peut-êter parce que je pose de dos dans une sale grenouillère à rayures ?:langue:

  6. « nous étions aussi tous les deux en phase sur le fait que si l’un des deux y contrevenait, cela passait tant qu’on n’était pas au courant, et qu’on ne voulait pas du tout l’être le cas échéant. »
    C’est amusant, j’étais en train de dire qq chose d’approchant à mon homme à peu près à l’heure où tu devais écrire: « je ne vois pas pourquoi je chercherais à savoir ce que tu voudrais me cacher, après tt, si tu le caches, c’est que tu veux encore me protéger » (ce que je ne lui disais pas, c’est que cela me soulagerait qu’il en pense autant!)

    Cependant j’aime bcp cette phrase de Feydeau : « les maris devraient autoriser quelques amants à leurs femmes, qu’elles puissent comparer ». Je ne pourrais jamais le dire à mon homme, qui est pour une version « dure » de la fidélité, et pourtant, c’est très vrai: on s’aperçoit en essayant qu’une relation éphémère est rapidement décevante et que rien ne vaut la connaissance intime de l’autre acquise sur une grande étendue de temps.

    La seule règle que je connaisse, c’est d’éviter de faire de la peine. Mais parfois la tentation est forte, la vie est courte, et nous sommes mortels…

    Bonne bourre. :-)

  7. Sans vouloir faire de lèche à Matoo (ça fait long 1h30 de bagnole pour un coup de langue), je ne vois pas pourquoi il n’aurait pas le droit d’avoir une relation avec un seul mec. La relation monogamme n’est pas plus hétérocentrée que la baise débridé n’est un privilège homo. Si on pouvait pour une fois sortir des poncifs, ça serait pas mal.

  8. C’est clair, c’est une P***** de question la fidélité !!! Je me contredis moi même quandj’y pense. je suis du genre jaloux et ça me fait super mega ch*** de savoir que mon homme pourrait aller voir ailleurs. J’ai pas envie de le savoir mais en même temps je preférerais pour ne pas me faire de films, pas simple. Et comment concilié mes propres pulsions avec tout ça ? Et je les ai pourquoi ? Parce que je ne suis plus satisfait par lui ou tout simplement parce que je suis un homme ?
    Bref, je me prends la tête, et ça me saoule !!! HELP :mur: :joker:

  9. K> En fait je n’essayais pas de me dédouaner de l’imbécillité congénitale, je faisais plus une comparaison entre le déplaisir de recevoir un énième mail d’insultes (qui me peine évidemment), et le plaisir d’entendre quelqu’un que je ne connais pas (et donc gratuitement, sans y être obligé) qu’il aime mon machin sur le net. Tout va bien j’ai encore la mesure de ce qu’est ce minable blog. Et il est encore là parce que ça me botte de le tenir. ;-)

    C’était toi, K, alors le mail ? :mrgreen:

  10. La fidélité, c’est une question de personnes et de couples. Il y a des gens qui ont en eux une notion profonde de fidélité, qui ne concoivent même pas l’adultère, qui cessent de regarder les autres dès qu’ils sont en couples. Comme il a été dit, c’est naturel et ça n’est en aucun cas un effort. Pour d’autres, c’est une lutte constante, et c’est justement ces gens-là qui en général qui instaurent des couples libres (dans le meilleur des cas ; dans le pire, ils trompent impunément). Les accidents arrivent, et parfois quelqu’un de la première catégorie passe la barrière et trompe… Que faire dans ce cas-là ? Je pense tout comme toi qu’on peut tromper alors qu’on aime encore profondément, et que ce n’est qu’une erreur de parcours, mais est-ce que dans le fond ce n’est pas parce qu’il y a d’autres problèmes derrière ? Enfin, la question n’est peut-être pas tant de savoir ce que ça fait à celui qui trompe, mais plutôt comment le trompé peut accepter de l’avoir été (c’est encore plus difficile quand on est jaloux et possessif…) Et les éternelles questions : comment peut-on faire confiance à nouveau ? Comment ne pas devenir parano ? Il y a un proverbe anglais qui dit « once a cheater, always a cheater ». A méditer.

    N.B : pulsions, c’est féminin, non ?

  11. Pour la fidélité, si on veut un jour avoir une place dans la société, c’est-à-dire être capable d’assurer une stabilité relationnelle au regard des autres, il faut une sécurité, une fidélité demandée.

    Alors c’vrai qu’aujourd’hui, la fidélité en général n’est plus comprise: génération kleenex!:pleure: Mais on y reviendra, j’en suis sûr, car il s’agit toujours en tout de retrouver le sens… La fidélité est au service de l’amour (et non l’inverse) pour qu’un sentiment spontané devienne un choix de vie, un engagement de toute la personne…

    :book: »Aimer, c’est vouloir aimer » dit St-Augustin qui n’a pris une ride en ce domaine. Aimer, c’est, au-delà de notre petit moi narcissque et de nos lassitudes égocentriques, se tenir volontairement prêt à servir, à se donner pour un autre.

    La fidélité n’est pas une option quand on parle d’amour conjugal, sinon il faut parler d’amitié, compagnognage, vagabondage, collocation, cohabitation, mais de COUPLE au sens conjugal du terme.

    Un site où un internaute a laissé un magnifique témoignage à ce propos. :pompom:A LIRE ABSOLUMMENT: http://www.monchoix.net/premier-pas/la-fidelite-homo-reve-ou-necessite-article545.html

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages