Equilibre aléatoire IX

L’économiste anglais Andrew Oswald, de concert avec un confrère américain, a découvert la formule qui donne la clef du bonheur (laquelle dément le proverbe selon lequel l’argent ne suffit pas à rendre heureux).
Cette formule est la suivante :

r = h (u(y, z, t)) + e

r = bonheur que l’individu estime connaître et qui équivaut à une constante mathématique (h).
u = niveau réel de bonheur.
z = caractéristiques personnelles et démographiques.
y = revenus économiques réels.
t = facteur temps.
e = changement d’avis et préférences.

Grâce à la découverte de cette formule mathématique, aspiration constante de l’humanité, Oswald en est arrivé à la conclusion qu’un mariage durable procure autant de bonheur qu’une prime de fin d’année de 96 000 $, tandis que la perte d’un emploi se chiffre, en terme de bonheur, à 64 000 $.

Quotidien El levante, 6 novembre 1999.

Citation extraite du roman : « Les équilibres aléatoires » d’Angela Vallvey. Page 299.

7 Commentaires

  1. Mais, MAIS! Il parle de couple hétérosexuel marié. Elle ne marche pas pour les zomos sa formule. Parce que même si le couple pacsé dure, la prime de fin d’année de 96000 $ ne couvre pas les frais de représentation, toilette, cosmétique et fanfreluche griffée! :pleure:

  2. hum ! hum ! en mathématiques je veux bien que h soit une constante (un coefficient), mais, tel que c’est écrit, u semble être une fonction à trois variables. Au moins trois années au dessus du niveau bac !
    En tout cas, r n’est pas équivalent à h … :afro:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages