Le Magasin des Suicides

Voilà le genre de bouquin qui suscite beaucoup d’intérêt et de critiques dithyrambiques à droite et à gauche. Je suis un peu plus circonspect quant à ce que je peux lire. C’est un tout petit bouquin agréable et plaisant à lire, qui se parcourt en une heure top-chrono, et qui laisse une sympathique impression. Mais sans plus… Donc je ne veux pas le détruire, mais peut-être plutôt en repositionner, à mon humble opinion, la portée littéraire ou l’ampleur qu’on a voulu lui prêter.

Jean Teulé évoque la famille Tuvache, une famille qui est dans le business du suicide, et qui a une sacrée réputation à tenir. Nous sommes dans un univers aux valeurs décalées, un monde dans lequel les gens sont voués à en finir au plus vite avec l’existence. Et le magasin Tuvache propose les meilleurs ingrédients, outillages et méthodes pour se suicider en bonne et due forme. Mais dans ce monde « parfait », il y a un hic qui survient. Il s’agit du petit dernier, Alan (pour Alan Turing, car ils ont tous des prénoms de personnes suicidées célèbres), qui déploie la faculté la plus troublante et révolutionnaire : la joie de vive. Petit à petit, la famille Tuvache, et bientôt le monde entier, va devoir faire face à ce nouveau paradigme…

Jean Teulé produit donc là, pour moi, une oeuvre toute sympathoche et drolatique, avec des personnages dont les répliques font souvent mouche, et des situations très proches de la « Famille Addams ». Tim Burton aussi ne renierait certainement pas une telle famille, et pourrait bien s’inspirer de cette histoire à dormir debout. J’ai aussi pensé qu’Amélie Nothomb aurait pu broder sur une idée pareille, mais peut-être avec un peu plus d’originalité et de saveur. Car une fois passée la surprise de ce décalage qui fleure bon l’humour noir, la morale de cette fable ne m’a pas paru particulièrement géniale. Non vraiment, j’ai plus accroché avec ces descriptions et saynètes tout droit sorties des dessins de Claude Serre, un des grands maîtres de la BD d’humour noir (à mon avis).

Donc c’est un livre « sympa », distrayant et pas prise de tête, mais ce n’est pas un chef d’oeuvre non plus. L’écriture est assez basique et sans un style extraordinaire, si ce n’est un joli talent pour manier le calembour et l’ironie grinçante.

Le Magasin des Suicides

10 Commentaires

  1. Je n’aime pas à priori les romans historiques, pourtant j’ai dévoré « Moi, François Villon » du meme Jean Teulé. Très fort, dans le genre.
    Allez, je vais aussi me laisser tenter par ce bouquin là !

  2. Pour l’avoir lu je confirme l’avis général. Ce n’est vraiment pas un chef d’oeuvre, mais c’est sympa.
    Tout dépend de ce qu’on attend de cette lecture en fait. Ne pas s’attendre à voir sa vie bouleveser :lol:

  3. Comme toujours je lâche mon commentaire 3 ans après. Bref, comme toi (ce qui m’évitera d’avoir à le critiquer su mon blog), je trouve que c’est sympa, que la deuxième moitié du roman s’essoufle et qu’enfin il n’y a pas de quoi en faire un plat ..(euh..tu la sens ma critique constructive ?)
    Bises

  4. Salut.

    Je suis tombée sur ton site et je vois que tu as beaucoup à dire sur le livre « les magasins des suicides ».
    J’ai une interrogation sur ce livre ce jeudi et il y a un point sur lequel j’aimerais un coup de main.
    D’après toi le rôle d’Alan Tuvache, c’est quoi? Ramener la joie de vivre au sein de la famille? Et quant aux thèmes du livre tu penses quoi? Le suicide mais encore…
    Merci de me répondre.
    Bonne semaine. :-)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages