Comment j'ai rencontré XIII

Je me souviens, c’était en 1997, je venais d’intégrer ma première boite et de découvrais par la même occasion : Internet. Evidemment, j’ai rapidement braconné la toile pour trouver des havres de gaytitude. A cette époque, j’ai complètement accroché sur un site qui était un truc dingue pour moi, il s’agissait de ooups.net, et je lisais avec délectation un des chroniqueurs : XIII. Ooups était finalement une sorte de blog Multi-Utilisateurs, puisque le principe reposait sur des personnes qui publiaient des articles sur des sujets divers et variés, mais évidemment lié à l’homosexualité. Ooups c’était drôle, ironique, politique, culturel, vivant, truculent, désopilant et, avant l’heure, les ooupsiens s’étaient donné le mot pour former une belle communauté. En 2000, ils ont été rachetés et ont créé l’antenne française de gay.com, c’est devenu autre chose, oui vraiment autre chose. Je crois que c’est aussi pour cela que je n’ai jamais accroché à gay.com malgré une qualité intrinsèque indéniable, je leur en ai trop voulu d’avoir envoyé mon ooups dans les limbes. Malgré tout, il restait encore un truc familier… un Olivier M. alias XIII qui continuait à marquer de sa jolie plume de bons articles.

Je lui avais écrit à l’époque de Ooups et on avait échangé quelques mails sympas, mais sans suite. Et puis, le webomane que je suis a traîné ses guêtres à peu près partout où un drapeau arc-en-ciel a point sur la toile… caramail, citegay, gayvox, yarps, etc. Et souvent, une PA citegay de XIII, un XIII dans un chat, tiens… un profil de XIII, oh tiens c’est marrant garoo en a fait une galerie de photos… Ensuite, il y a tous ces gens avec qui j’ai conversés, et qui se sont exclamés « Quoi !!! Tu ne connais pas XIII ? ». J’ai aussi eu des échos de ses mecs ou plans, parfois positifs, parfois pas du tout. Vous connaissez les bruits de chiottes du web gay, aussi nauséabonds et fiables que ceux de ce saumâtre quartier de Paris ! :blah:

Cela fait un peu plus d’an que nous communiquons par ICQ, mais qu’on ne se voit pas… pas dispos, pas d’occasion… Et puis je découvre son blog, et lui le mien. Au bout de quelques mois, merde, il faut que je le vois. C’est cool, il se dit pareil. Il est sur Paris pour les fêtes, il m’appelle, je lui donne rendez-vous le lendemain. On se rencontre. Et voilà comment j’ai rencontré mon idole de mes premiers émois sur le net.

Nous avons dînés au XO Café vendredi soir, et puis nous avons rejoint Diego pour un verre au Tropic (mein gott, cette population !) et puis à l’Amnésia (aaaah c’est mieux !). Je suis extrêmement heureux d’avoir eu l’opportunité de rencontrer Olivier. On s’est d’emblée très bien entendu, et j’ai vite senti qu’une connivence poindrait de nos accointances virtuelles. Il est charmant, très intelligent et fin. On a parlé très librement, moi avec mon légendaire rentre-dedans, et lui me répondant avec beaucoup d’humour et de sincérité. Evidemment, on a évoqué ses diverses expériences dans le web, dont j’ai eu vent en tant que consommateur, mais aussi de sa nouvelle vie à Toulouse qui consiste à assumer pleinement sa passion pour l’aéronautique. C’est un garçon qui a l’air d’avoir la tête sur les épaule, beaucoup de ténacité et pugnacité dans l’accomplissement de ses désirs et aspirations. Enfin au moins du côté professionnel… mouaaaarf !

Nous nous sommes quittés vers 2h30 du matin, j’étais complètement mort. Il m’avait cependant proposé d’aller faire un tour en avion avec lui le lendemain. Une alléchante proposition, vu que je ne suis jamais allé dans un petit avion, que j’ai acceptée si les éléments étaient avec nous.

9 Commentaires

  1. Je dirai que parfois ce sont les relations entre personnes qui ont le plus d’affinités qui sont les plus dures à concrétiser (sur internet).
    J’ai parfois mis 2 ans à rencontrer une personne mais quand c’est arrivé, c’était comme de l’eau de source, pur et simple.
    J’aime ces échanges là, ceux ou en ressort zen et grandi par les connaissances échangées.

  2. Haaaa, mais arrête de dire que je suis une de tes idoles !

    Bon, j’avoue évidemment que çe me fait plaisir, je ne vais pas verser dans la fausse modestie, mais ça me gêne aussi beaucoup !!

    Ce post me touche beaucoup. Le mien parle beaucoup moins de toi, mais c’est sans doute parce que, comme je te l’ai expliqué hier, je préfère ne pas trop donner de détails sur mon blog… 🙂

    Bon allez, on attend le récit de ta première aventure aéronautique, maintenant ! 🙂

    Olivier

  3. >Il m’avait cependant proposé d’aller faire un tour en avion avec lui le lendemain. Une alléchante proposition

    Des regards qui brillent, de touchantes protestations d’amitié, une complicité sincère faite d’une humble admiration, la magie de Noël qui opère et nimbe nos deux amis d’un flou Hollywoodien et bleuté : c’est forcément le moment rêvé pour que quelque sombre niais sorte enfin un truc du genre : « Woaouw!!! Ben le Matoo, il ne rate décidément jamais une bonne occasion pour s’envoyer en l’air et monter sur de gros engins… »
    Mais heureusement, je suis là… 😉

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages