Dépistage royal

Temps de lecture : 3 minutes

J’aime beaucoup ce coin de Palais Royal avec la Comédie Française, puis les fameuses et controversées colonnes de Buren. Moi j’aime beaucoup ce mélange de moderne et d’ancien, d’ailleurs les mômes s’y reconnaissent, il y a toujours un gamin pour sauter de l’une à l’autre. Cette après-midi c’était pareil, avec en plus un rayon de soleil qui chauffait agréablement l’atmosphère, et donnait une agréable lumière d’hiver.

Lorsque j’ai entamé mon entrée dans le jardin du Palais-Royal, j’ai réagi que je ne venais pas souvent ici, ou du moins, que j’y passais quasiment toujours pour me rendre au même endroit. Depuis que j’habite Paris, je vais régulièrement me faire dépister au CDAG qui est rue de Valois, et qui jouxte donc le parc. Ce n’est pas le plus pratique d’emprunter le jardin, mais bon avant d’aller dans ce genre d’endroit, je trouve salutaire de prendre un peu l’air, et de se remplir les mirettes de si belles choses.

Du coup, dès que je suis à proximité de ce parc, ou que j’y rejoins des gens, je pense toujours à ce « centre de dépistage anonyme et gratuit ». Drôle de rapprochement tout de même… J’avais quelques minutes d’avance donc j’ai même un peu traîné et flâné entre les fontaines et bosquets. Je suis arrivé à l’heure au CDAG et la place était quasiment déserte, j’ai donné mon année de naissance (manière d’identifier les gens en conservant l’anonymat), et ai suivi le classique protocole que je connais bien maintenant. D’ailleurs j’ai même un dossier nominatif là-bas étant donné que je ne tiens pas plus que cela à rester incognito (et puis ça sert toujours à faire des stats). L’infirmière me fait passer un premier questionnaire, ensuite complété par le médecin qui rigole avec moi sur mon statut de trentenaire frémissant.

En matière de prise de risque, je suis plutôt rassuré, mais une mesure de protection à laquelle je n’ai pas réussi à me mettre c’est la pipe avec capote. Et la dernière fois, j’avais été bien flippé par le véhément message transmis par infirmières et médecins sur le sujet. La fellation est une des voies de contamination avérée. A priori donc, le danger est bien réel et tangible. Or j’ai été surpris de la manière dont cette fois-ci les différents personnels ne m’ont pas fait la leçon à ce sujet. Et dans leurs phrases mêmes, on sentait bien que cela ne les étonnait pas plus que cela. Je n’en mène vraiment pas large à ce sujet donc, et c’est toujours ce qui me fait flipper lors de ces tests. Les frottements, les micro-coupures de je ne sais quoi… Parano, parano… mais une certaine part de réalité aussi.

Pendant que l’infirmière cherchait une veine pour la troisième fois (ouch !), je regardais les affiches aux murs. On en discutait donc avec ma vampire, notamment de cet impressionnant graphique qui montre qu’entre 1997 et 2004, les prises de risques chez les dèpes ont augmenté de 70%. Wow. Et puis en papotant, je lui indiquais qu’autant mes amis homos se protégeaient plus ou moins correctement, autant mes potes et copines hétéros ne le faisaient jamais. Elle me répond que dans les dernières personnes séropositives, c’est moitié-moitié. Donc cela reste tout de même en proportion bien un fléau pour les dèpes, même si vu l’endroit il parait logique que des homos fréquentent plus ce lieu-ci…

Mais le truc affolant c’est cette statistique d’un homo sur dix qui serait séropositif. L’infirmière n’a pu m’indiquer les détails de ce chiffre, ni s’il s’agit de Paris, l’Ile de France ou le pays entier, et sur quelle base une telle étude a-t-elle pu être menée. Je trouve que cette information est hallucinante, et me parait disproportionnée mais évidemment je ne peux l’infirmer. Est-ce que vous en savez plus ? Si c’est exact c’est étonnant que l’écho n’en soit pas plus important…

Je suis sorti allégé de quelques millilitres de sang, et toujours cette petite inquiétude qui va me suivre pendant une semaine. C’est logique de flipper de toute façon même lorsque aucun risque n’a été pris. Alea jacta est.

25 Commentaires

  1. On dit 1 sur 10 en France, 1 sur 5 en IdF. 40 millions de personnes sexuellement actives, donc en gros 500 000 à 1 millions de gays, ça correspond, vu qu’il y a en gros 150 000 séropos en France.

  2. C’est marrant ca… je me suis fait depister hier justement. Mais j’habite a San Francisco. Et moi, aussi, je flippe d’etre contaminer par la fellation sans capote. Et j’ai h-a-l-l-u-c-i-n-e quand le mec du centre de depistage de SF m’a dit qu’il n’y avait aucun risque avec la fellation, a moins d’avoir une plaie ouverte dans la bouche.
    Devant la tronche que j’ai du tirer (10 ans de rabachage ont fait leur effet) il me dit que la devise du centre c’est « spit or swallow » (en clair, eviter le bain bouche prolonge) ?!? Je m’en remets pas.
    Il m’a affirme qu’une etude sur deux ans au UCSF (Universtite de Californie a San Francisco) a ete faite sur deux ans, avec des couples deparailles (ie. un HIV+ avec un HIV-) qui se faisaient des fellations non protegees… resultat de l’etude 0 (zero) contamination.
    Bon, je ne veux surtout pas etre responsable de contaminations futures, donc tout ce que je dis la est a prendre avec du recul et des verifications. Mais, je suis sur le cul! Je l’entends dire son barratin, j’avais l’impression de rever eveille. Comme si, toutes les fois ou t’as panique parce que le mec a ejacule sans prevenir dans ta bouche etaient des coups de sang pour rien ?!?
    Je crois que qu’il y a bcp d’etudes sur le sujet et qu’aucune n’est vraiment concluante. Ca la raison pour laquelle le corps medical n’est pas clair dans son message.
    Quelle saloperie ce VIH…

  3. Eustazio>

    En matière de prise de risque, je suis plutôt rassuré, mais une mesure de protection à laquelle je n’ai pas réussi à me mettre c’est la pipe avec capote. Et la dernière fois, j’avais été bien flippé par le véhément message transmis par infirmières et médecins sur le sujet. La fellation est une des voies de contamination avérée. A priori donc, le danger est bien réel et tangible.

  4. On est d’accord sur la fellation, c’est donc la presence de cette phrase que je comprends pas : si tu etais sur de tes partenaires a 100% pourquoi se mettre a la fellation avec capote. Et si tu es pas sur de tes partenaires a 100 % et que y’a eu fellation sans capotes, pourquoi ecrire qu’aucun risque n’a ete pris ?

    Oui je sais je suis lourd mais c’est un sujet qui me travaille aussi 🙄

  5. Raison de plus de faire gaffe moi j’y suis passe il y 12 ans,j’en etait traumatiser à mort a cause d’une nana du coup plus de sexe c’est dure c’est vrai mais j’ai pas cette peur au ventre et ses sueure froide en attendent les resultats je prefere vivre ma vie avec la bonne personne et donner des sentiments que de courire apres le sexe en tout cas les mecs qui se protege pas ils sont suicidaire et ceux qui le transmette sont des criminels

  6. Moi aussi je suçe sans capote et j’ai jamais rien attrapé, à part beaucoup de plaisir !

    Mon cher Matoo, tu ferais mieux de te préoccuper de la grippe aviaire, d’autant que les chats qui adorent jouer avec les petits oiseaux sont plus vulnérables …

  7. A oli : Euh ? 40 millions de personnes sexuellement actives, et en prenant l’hypothèse basse de 1 sur 10, fait 10% donc 4 millions et non pas de 500.000 à 1 M. Je peux t’envoyer une dizaine de neurones par la poste …

  8. Eustazio> Dis donc t’es dur à la détente !! :help: Je n’ai pas pris de risque lors de pénétration, donc je n’ai pas à trop m’en faire. Par contre j’ai sucé sans capote. Clair ? Et quant à être sur de ses partenaires, je n’y songe même pas tant c’est une hérésie de faire « confiance »… et tellement illusoire. 🙄

  9. Je pensais que ce centre du Palais-Royal où je me suis fait dépister plusieurs avait fermer. Les infirmières m’avait dit que la fermeture était programmée compte tenu des difficultés financières de la Croix Rouge. Je vois qu’il n’en est rien. Tant mieux.

  10. Tout a fait : c’EST illusoire de faire confiance, sucer sans capotes c’EST prendre un risque. Or tu AS effectivement suce sans capotes donc tu devrais admettre que c’est illogique d’ecrire : « C’est logique de flipper de toute façon même lorsque aucun risque n’a été pris ». Alors non je suis pas dur a la detente, juste j’ai voulu etre diplomate en considerant que si tu ecrivais ca c’etait peut etre que tu l’avais pas fait. My bad.

  11. Lorsque j’ai appris qu’il était séropositif, il m’a fallu un an pour m’en remettre. A quoi bon parler de confiance pour un tel virus. Pour culpabiliser et souffrir davantage?
    Sans jugement, et sans crainte, il convient d’être beau dans l’âme et d’accepter la réalité, de savoir aimer et entourer celles et ceux qui payent cher leur prise de risque, quelle qu’elle soit.
    Les trithérapies ne sont pas une solution, alors protégeons nous car nous sommes entrés dans une période où les contaminations remontent. La malchance de croiser Monsieur HIV est d’autant plus forte que le silence criminel des campagnes de prévention est assourdissant.

  12. Cela commence par une gentille promenade dans les jardins du Palais
    Royal, et cela se termine par l’expression d’une sourde angoisse pendant une semaine… Je ne comprends pas qu’on puisse encore dire, même dans les centres de dépistage (je pourrais en citer un autre), que la fellation est sans risque. Il y a bien évidemment un risque, pour les deux partenaires.

  13. Oui, enfin , le nombre d’homos, ils le sortent de leur chapeau: aucune étude fiable aujourdh’ui ne peut permettre de calculer le nombre d’homos. On n’est certainement pas seulement 800.000, et 280.000 seulement ens exuellement actifs, ça a tout d’une bonne blague. On peut se fier au chiffre sur le nombre de personnes contaminées et sur leur orientation sexuelle aussi (ça n’est plus vraiment un tabou quand on est malade), mais ramener ça à un pourcentage de population totale, ça me parait actuellement impossible et peut conforter des personnes malveillantes dans leurs idées.

  14. Léo> Personne n’a dit que la fellation était sans risque, ni moi, ni personne au CDAG… Ils m’ont au contraire rappelé le danger potentiel que cela représentait. J’insistais juste sur le fait qu’ils ne m’aient pas fait la leçon comme la dernière fois, mais fait comprendre que c’était assez classique.

  15. (dès qu’on a un raisonnement un peu trop complexe, il a du mal à suivre le régis. va falloir le repérer çui-là, surtout qu’il a l’air d’être un nouveau lecteur régulier de ce blog)

  16. au sujet du  » spit or swallow » de loic le californien……. Les toubibs m’ont mis en tri-thérapie préventive de deux mois après qu’un connard m’ai éjaculé dans la bouche. j’ai recraché à la segonde même mais l’hopital n’as pas voulu prebndre le risque.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: