Un Carnaval à Cologne

Ce week-end, ça nous a pris comme une envie de pisser alors qu’on se démenait dans un de ces fils mail (sur gmail) dont nous avons le secret. Alors qu’il nous avait fallu des semaines de tergiversations pour organiser un week-end à Budapest avec des pour, des contre, des indécis et des saboteurs, et qu’on a fini par renoncer à l’idée, nous n’avons mis que quelques minutes pour choper les billets Thalys pas chers et l’hôtel (plus cher) !!

Aucun de nous ne connaissait Cologne, mais l’idée d’y passer le carnaval me disait bien, même si je me demandais comment on fêtait un truc pareil par un froid pareil. Et comme on m’avait dit que la ville était sympa, plutôt gay-friendly, mais qu’il n’y avait pas grand-chose à visiter, et que ce n’était pas non plus un endroit à la beauté stupéfiante, l’ambiance carnavalesque seyait parfaitement à nos humeurs chafouines. C’est ainsi qu’avec @ikare, @tactactwit et @ColinDucasse (Voilà maintenant je fais des liens vers les comptes twitter, ceci est un jour charnière !!), j’ai passé ces quelques jours en Teutonie !

Bon Cologne en février, c’est froid et neigeux, mais au moins on n’a pas eu de flotte, donc bien couvert on survit sans problème à ces frimas du nord. Et Cologne c’est connu pour la cathédrale, bah ça tombe bien y’a que ça :

La cathédrale de Cologne - Dom

On a dû passer ces trois jours à errer dans un cercle concentrique de 700 mètres autour de la cathédrale, mais comme c’est là que l’animation se trouvait, on a certainement bien fait. Hu huhu. En tout cas, l’impression générale sur ce carnaval est excellente, nous y avons passé de bons moments, dans un état d’esprit qui me convient à merveille. En effet, la ville entière est réglée sur le carnaval, et c’est une fête qui est éminemment populaire et qui m’a épaté par sa capacité à rassembler les générations, les styles et les milieux sociaux.

Déjà, sur les trois jours passés à Köln, on pouvait compter sur les doigts d’une main les gens qui n’étaient pas déguisés, ce à quoi je ne m’attendais absolument pas. Et on trouve tous les déguisements, des plus simples avec du maquillage et quelques accessoires, au plus élaborés, et des plus artisanaux aux plus professionnels. A cela, on a aussi pu voir tous les groupes traditionnels et fanfares qui défilaient sur des thèmes assortis. Bon d’ailleurs, ils nous ont bien coincé avec leurs parades qui avaient lieu n’importe quand et qui bloquaient les rues pendant des heures !!

On a pu voir des familles entières assorties :

Une famille allemande au carnaval de Cologne

Des personnes qui auraient pu être de ma famille et qui se baladaient très dignes avec juste un truc énooooormissime :

Dame à la perruque orange au carnaval de Cologne

Et des groupes de gens avec des costumes identiques, comme là des grenouilles :

Grenouilles au carnaval de Cologne

Bref, plein de gens très différents !!!

Evidemment, ça picole pas mal, et toute la journée, mais même de ce point de vue là, j’ai été agréablement surpris. Déjà, les gens savent se tenir, et je n’ai pas trouvé qu’il y avait de la violence ou des gens qui cherchaient des noises, mais bien des gens qui avaient envie de s’enivrer pour faire la fête et avec un état d’esprit des plus chouette et amical. Aussi pas de mauvaises surprises ou de mauvaises rencontres ce week-end, mais tout un tas de gens qui se croisent avec sourires, salutations joyeuses et houblonnées, et qui sont rassemblés dans une incroyable concorde le temps de ce carnaval. Pas de racailles non plus pour semer le trouble ou gâcher la fête, ce qui est une chose que j’ai appris à ne plus attendre tant c’est monnaie courante en région parisienne.

Avant de partir on s’était posé la question des costumes, et sans idée précise j’avais pensé que c’était marrant si on était au moins tous les quatre assortis avec un truc bien franchouillard. Du coup, c’est ce qu’on a fait avec nos sémillants bérets, le tout complété par les masques de TacTac, que nous avons fièrement défilé. D’abord, on a fait quelques tests :

Essayage de masques à l'hôtel

Essayage de masques à l'hôtel

Et puis devant la cathédrale, nous avons endossé nos personnages. Mouahahaha.

Ikare :

Ikare au carnaval de Cologne

Colin :

Colin Ducasse au carnaval de Cologne

TacTac :

TacTac au carnaval de Cologne

Et votre serviteur :

Matoo au carnaval de Cologne

La plupart des restaurants du centre-ville sont convertis en sorte de dancings et toute la journée ils accueillent les fêtards qui veulent boire et danser. C’était vraiment très commun, et on est allé notamment dans une pizzeria qui ne payait pas de mine, mais dans laquelle les gens étaient adorables et s’éclataient sur leurs musiques traditionnelles. Car il est important de dire que c’est un peu segmenté en terme de musique, que ce soit un bar gay ou une sombre échoppe à curry-wurst dans une rue pavée, on se retrouve en effet avec quelques standards qui sont joués et rejoués… Il s’agit de chansons populaires allemandes que tout le monde connaît par coeur, et dont les refrains nous ont rapidement hantés. Je ne résiste pas à la tentation de partager ces perles germaniques avec vous :


Viva Colonia


Amsterdam

Et tout le monde chante ça à tue-tête de 7 à 77 ans, dans la rue, dans les bars ou les restos, déguisé en princesse, en bouteille de bière ou en Mario et Luigi, des pédales les plus queers aux bons gros allemands bourrus !!!

Cologne ville gay-friendly ? J’avais beaucoup entendu dire cela, et disons que nous n’avons rien vu qui puisse le nier. Mais le carnaval met tellement la ville sans dessus-dessous que c’est difficile de se rendre compte de l’ambiance hors cette fête si singulière. Ce qui était drôle c’était de constater que pas mal d’homos que nous avons croisé dans les rues n’étaient pas ou peu déguisés. Ah ah, comme si l’anticonformisme du moment était justement dans la sobriété et l’anti-carnavalesque. Hé hé. Mais les samedi soir et dimanche soir où nous sommes sortis, et où nous avons essayé les bars gays, c’était blindé de chez blindé et 100% des gens étaient déguisés !

Nous avons testé notamment vers Rudolfplatz un des bars gays les plus populaires : l’Ex Corner. C’était très très sympa, mais plutôt impossible d’y mettre un pied tant l’endroit était plein à craquer. Mais toujours avec des gens marrants, souriants, cools, toujours prêts à rigoler, à discutailler ou à échanger quelques regards vicelards (arf). Même combat dans tous les bars à gens sensibles alentour, où nous avons passé autant de temps à nous insérer dans une foule compactée qu’à s’en désincarcérer au prix d’un exercice tactile qui m’a donné l’impression d’avoir eu des relations sexuelles avec au moins 30 teutons en même temps. Huhuhu.

En plus des musiques traditionnelles, on a aussi eu la surprise d’y découvrir un morceau francophone top tendance qui devrait carrément faire des émules ici. C’est un belge qui chante cet ovni vraiment inclassable, entre trip-hop, électro et voix à la Louise Attaque. Très surprenant et très rafraîchissant, les pédales d’outre-rhin étaient fans !


Alors on danse – Stromae

Sinon on a aussi entendu France Gall, je vous l’avais bien dit que c’était top France Gall. :mrgreen:

Samedi soir, nous avions entendu parlé d’une soirée dans un théâtre « Gloria », c’était la soirée « Kings und Queens », hu hu, pourquoi pas !? On est donc dans un théâtre ce qui est assez marrant, et les gens étaient tout aussi déguisés et joviaux que dans la journée. Le seul hic, mais il est de taille, c’est que le DJ était naze de chez naze. Un pousse-disque de la pire espèce : celui qui ne sait ni mixer, ni enchaîner, ni sélectionner les bons morceaux. Du coup, ça m’a bien refroidi, et on n’est pas parti très tard avec mon chérichou. Le lendemain, la fête continuait de battre son plein, et on nous avait conseillé le resto Brennerei Weiß. Seulement en arrivant, et comme tous les établissements du centre-ville, on a vu que c’était exceptionnellement une soirée plutôt qu’un endroit où dîner. Donc après quelques curry-wurst bien fameux, nous avons rejoint cette soirée interlope avec une ambiance un peu « Tango » plutôt cool et chaleureuse (avec un serveur à couper le souffle).

Le retour à Paris a été un peu plus long et tumultueux que prévu, puisque nous n’avons pas eu de Thalys entre Bruxelles et Paris. Avec ce terrible accident ferroviaire à Bruxelles, nous avons été promenés sur les voies ferrées belges de Gand à Courtrai puis Lille, et enfin Paris !! Mais bon, 3 petites heures de rallonge, ce n’était pas bien grave (et puis on habite à 15 minutes ensuite par le métro). C’était assez surprenant et choquant d’entendre certains compatriotes qui grognaient et ronchonnaient en disant qu’ils voulaient se faire rembourser, et que c’était inadmissible de n’avoir pu faire rouler le Thalys jusque Paris. Tout de même quand on sait qu’il y a eu 18 morts, ce n’est pas le moment de se plaindre d’un petit détour exotique dans la campagne flamande…

Bref, ce petit séjour à Cologne m’a enchanté, il faut dire que j’y étais en plus qu’excellente compagnie, c’est vrai. En revanche, j’ai un peu de mal à me figurer la ville sans le carnaval, et ce qu’on peut bien y faire en dehors de cette période… A voir donc.

PS : Nous n’avons pas oublié pour autant le kiss-in du week-end.

Kiss-in à Cologne

13 Commentaires

  1. Merci pour la balade par procuration. J’aime beaucoup tes expressions « bar à gens sensibles » et « pousse-disques ».
    Très d’accord avec toi au sujet du Thalys. C’est déjà pas mal compte tenu des circonstances qu’une solution de rechange ait été mise en place aussi rapidement.

  2. L’Allemagne est un pays sans capitale – ou plutôt à plusieurs capitales. Les médias, les intellectuels (et les lesbiennes) à Hambourg, la mode et les people a Munich ou Düsseldorf, l’administration, les chômeurs et les insupportables artistes-touristes à Berlin. Cologne est sans doute la capitale gay du pays. CQFD :cool:

  3. OH MON DIEU !
    Me voilà condamné à me rendre l’an prochain à Cologne pour entendre ces douces mélodies !
    Trop bien.
    Donc Ralph Koënig ne mentait pas !!! :rigole:

  4. Et les Rois Mages ? tu as oublié, filain garson, de parler des 3 Rois Mages, dont la Katédrale de Kologne s’enorgueillit de conserver les reliques… Büyük Problem.. mein Herr.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages