Je suis très à cheval sur les principes (David Sedaris)

Je partais plutôt avec de bons à priori sur ce bouquin parce que j’avais déjà lu avec plaisir du Sedaris, et que j’avais bien envie de lire des nouvelles marrantes et légères. Et c’est exactement ce que recèle ce bouquin, avec des courtes histoires qui sont des anecdotes croquées avec beaucoup d’esprit et d’humour so british (mais il est américain !) et souvent irrésistiblement queer (même si Sedaris n’est pas un immense militant, et ne met pas spécialement son homosexualité en avant).

Du coup, ma première impression était bonne, et j’ai lu le bouquin avec un certain plaisir. En revanche, je suis rapidement resté sur ma faim. Ses nouvelles sont autant d’articles potentiels de blog que j’aurais vraiment pu lire sur un carnet en ligne ou chez un chroniqueur dans un quotidien, et malgré leur frivolité et leur humour sympathique, je me suis dit qu’aujourd’hui j’attendais du coup plus de la littérature. D’autant plus de la part de Sedaris, que je sais être un bon auteur, je pense que j’attendais autre chose, un petit peu plus de matière et de substance.

On y lit malgré tout, en passant un agréable moment, ses turpitudes d’homo à la cinquantaine en couple et en prise à toutes sortes de problèmes, tous plus épineux et drolatiques les uns que les autres. Ce sont des clichés instantanées de situations que l’on connaît bien, et avec parfois des réponses qui sont particulièrement cocasses et bien senties. Sedaris avoue ses petits défauts, ses maniaqueries et autres confidences inavouables qui rendent l’auteur particulièrement sympathique et névrosé.

Mais encore une fois, cela manquait un peu de sel et de consistance pour moi. Un Stephen McCauley utilise pour moi les mêmes ficelles tout en pondant des romans qui accrochent beaucoup plus. En même temps, je ne pense pas que David Sedaris avait d’autres ambitions que de faire sourire son lecteur, et de rester dans l’anecdote et ce format très concis et rapide. C’est juste que cela ne me convenait pas vraiment sur le coup, et que je considère vraiment qu’aujourd’hui ce format n’est plus vraiment adapté à un roman mais plus à des billets en ligne.

L’avis de Jonathan D.

Je suis très à cheval sur les principes (David Sedaris)

1 Commentaire

  1. Et bien perso, je trouve que ce format « anecdote qui fait sourire » sur quelques pages, ça me convient parfaitemetn. Du coup, je lis « Habillé pour l’hiver » en ce moment, et je viens d’apprendre, aujourd’hui, qu’un best-of « N’exagérons rien » venait de paraître il y a 2 semaines (et dont je me passerai, puisque je pense acheter l’intégralité de son oeuvre au fil des mois/années à venir)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages