Un point de vue stupéfiant

Je vous laisse juger, moi ça m’a laissé pantois.

Une citation des Echos du lundi 25 août 2003 « Apologie de la canicule » d’Olivier Debouzy (avocat d’affaires réputé, il compte Microsoft parmi ses clients) :

Décidément, la gauche est en mal de projet. Elle s’en prend maintenant aux éléments : on meurt de chaud, c’est la faute du gouvernement ! (…) Face à cette dérive budgétaire colossale, la canicule devient presque bénéfique.

Elle constitue en effet le contrepoint bienvenu à l’acharnement thérapeutique dont font preuve certains médecins pour maintenir en vie des déments séniles et des malades en phase terminale. Ensuite, et par conséquent, l’augmentation du taux de mortalité remplit les caisses de l’Etat à travers la collecte de droits de succession parmi les plus élevés d’Europe, contribuant ainsi à réduire le déficit budgétaire. En troisième lieu, la libération d’un nombre plus élevé d’habitations contribue à faire baisser les prix de l’immobilier, stabilisant ainsi le marché et favorisant l’accession à la propriété des gens modestes, vraisemblablement électeurs socialistes. Enfin, la canicule est un facteur de dépenses important : climatiseurs d’appartement et de bureau, boissons fraîches, essence (pour alimenter les climatiseurs automobiles), entre autres. Cela permet de collecter de la TVA et de la TIPP, et de contribuer, là encore, à réduire le déficit qu’a légué au pays le gouvernement Jospin.

9 Commentaires

  1. Nan, nan, c’est du premier degré de chez premier degré… Regarde dans le cache de google, en tapant « olivier debouzy canicule ». L’article « Vives réactions à l’«Apologie de la canicule» » etc.

    Il est d’ailleurs précisé : « A la suite de cet article, nous publions aujourd’hui deux points de vue, ceux de Laurent Maruani, professeur à HEC et à Polytechnique, et de Stéphane Beaumont, constitutionnaliste. »

  2. La chute est pathétique… c’est toujours la faute des prédécesseurs… c’est du niveau Toubon. Il manque l’argument massue des économies de SECU, des retraites… Pour terminer, je souhaite rappeler que les biens des 58 personnes non réclamées par leurs proches (s’ils en avaient…) finiront dans le patrimoine de l’Etat… Moralité: « pour juguler la crise, laissons crever nos viocs »

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages