RuPaul Drag Race France

On ne parle que de ça, et puisque même ma maman m’en a parlé, alors c’est que c’est vraiment arrivé en France !!! Mais moi je me rappelle (la vieille parle, attention) carrément de 1995 et de « Sister Queen » qui a marqué l’explosion pour moi du phénomène Drag Queen. On parlait alors de « créatures de la nuit », d’extravagance et à peine d’homosexualité, tant le tabou était encore bien puissant à l’époque. Mon démarrage dans le clubbing date de 1994 et du Queen, et les Drag Queens sont parfaitement synchrones avec cette époque.

Pendant pas mal d’années, j’ai pu les suivre et les admirer sur les podiums, mais une chanson résonnait dans les clubs depuis 1993, et son interprète était la reine des Drag Queen depuis ce refrain qui a fait maintes émules depuis dans la pop : You better work. Avec son album Supermodel of the World, RuPaul avait allumé la mèche d’un mouvement, qui prenait racines, tout en s’en affranchissant, dans la culture Ballroom des années 90, et qui venait de trouver sa place, ses codes et ses adeptes en boîte de nuit. (Il y a eu aussi le film Priscilla qui a aussi pu avoir une influence non négligeable dans la diffusion du phénomène dans le monde.)

Lorsque je suis allé à New York pour la première fois en (janvier) 2001, j’avais eu le bonheur et la surprise de voir une performance de RuPaul au Roxy (boîte gay mythique de NYC de l’époque), et la fascination était intacte ! Mais en France, tout s’est vite délité, et même si les Drags sont restées quelques années sur les podiums, la sauce n’a jamais bien pris il me semble, et on en a vu de moins en moins.

Et voilà qu’en 2009, une toute première émission de téléréalité avec Rupaul à sa tête présente un grand concours de Drag Queens !! On a été quelques-uns à suivre cela et à rapidement y trouver une certaine appétence et réjouissance. Mais je me souviens avoir fait un bide monumental quand j’en avais fait des posts sur Touiteur ou Facebook, parce que tout le monde s’en foutait, ou pire j’avais eu des remarques follophobes parfaitement bas de plafond qui m’avaient désolé.

J’avais évoqué ma drag préférée de cette première émission, et pour qui je garde une grande admiration. ^^

Je me rappelle aussi avoir tellement tripé sur le jeu de mot foireux avec le refrain de « Supermodel » qui était en effet « Sachez chanter », et que RuPaul a repris pour indiquer aux participantes si elles restaient dans l’émission (« Shantay, you stay ») ou si elles étaient éliminées (« Sashay away »).

On avait suivi également la saison 2, mais pas la 3, on était un peu lassé par le principe et on trouvait que le truc s’essoufflait. Et puis sur les conseils de je ne sais plus qui, on a repris en plein milieu de la saison 4, et là il s’est passé un truc. L’émission était sacrément montée en gamme, il y avait des Queens vraiment convaincantes (Latrice Royale, Sharon Needles, Chad Michaels), des défis qui étaient drôles et parfois impressionnants, et une sauce qui prenait carrément là !!

Les saisons 5 et 6 restent dans les meilleures pour moi, avec une série de Queens absolument mythiques dans la saison 5 : la géniale et attachante Jinkx Monsoon, Detox, Alyssa Edwards, Alaska ou Ivy Winters, et la saison 6 : l’immense Bianca Del Rio, Ben DelaCreme, Adore Delano, Laganja Estranja, Courtney Act ou Darienne Lake. Bref, 2013 et 2014 ont été marquées par ces saisons d’exception et une bien plus grande résonnance du mouvement Drag pour mon plus grand plaisir. Les saisons suivantes restent bien mais il faut avouer que ça commence à être difficile de se renouveler, et que le panache des anonymes et amateures des débuts ne sera plus jamais là.

Et après des franchises qui voient des « Drag Races » en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, au Canada, en Thaïlande en Espagne et en Italie, cette année c’est à notre tour !!! Je suis étonné d’ailleurs que le nom de RuPaul ne soit pas apposé près du « Drag Race », car c’est pour moi un gage essentiel, mais on ne doit pas être tant que cela à connaître RuPaul. ^^ C’est une ancienne participante qui présente, Nicky Doll, et c’est encore assez curieux comme choix, même si c’est analogue aux autres franchises (de choisir une drag pour présenter). Mais c’est vrai qu’on n’a pas de drag vraiment connue en France, alors que de vieilles icones pédées je suis certain qu’on aurait pu en dégoter qui aurait fait ça merveilleusement bien.

Nicky était un peu coincée et arrimée à son prompteur pour la première émission, et les répliques sont scriptées mais rien de terrible ou de décevant, et surtout pas pire que l’émission officielle. ^^ Et dès la seconde émission, elle se débrouille plutôt bien, et commence à trouver ses marques. Un des gros défis c’était de traduire correctement, ou avec assez d’imagination et de truculence, les fameuses répliques du show originel, et ça fonctionne. De toute façon, globalement ça fonctionne très bien et on peut être fier de ce qu’on montre au monde entier , avec notamment une production assez supérieure aux éditions européennes.

Ces dernières années on a vu exploser le nombre de drag queens en France, ce n’est pas un raz de marée non plus, mais tout de même entre les bingo-drags et les soirées thématiques, ou les performances en soirée, les drag queens sont véritablement de retour. Et on trouve tous les genres, à la fois dans le style de drag (comme feu les Paillettes chéries dans le genre militant et amusant), mais aussi dans la diversité des représentations et dans les talents exposés. Et la preuve de la masse critique atteinte c’est que le milieu drag parisien (celui que je connais le mieux) n’est qu’une succession de crimes, drames et trahisons dignes des meilleures ou pires télénovelas.

Ils ont réussi à composer un casting très équilibré et plutôt chouette, mais en réalité je ne connaissais que deux drags dans le groupe. Mouahahahaha. En effet, à part la Big Bertha et la Kahena, je ne connaissais personne d’autre (ça manque tellement de Cookie Kunty, Veronika Von Lear, Clémence Trü ou Enza Fragola), mais donc c’est très excitant de découvrir toutes ces nouvelles personnes, et chacune avec son style et son tempérament. On n’est pas trop dans un mode bitchy méchant même s’il faut juste garder la petite touche acrimonieuse et rigolote qui fait mouche, et c’est à peu près l’état d’esprit des meufs. C’est cool de trouver une drag d’origine maghrébine, une autre martiniquaise de Saint-Denis (93), une mexicaine, une femme transgenre, quelques non-parisiennes et des corps tout aussi divers, je sais qu’on pourra toujours critiquer cet aspect là, mais j’ai choisi de voir le verre plutôt à moitié plein, notamment en comparaison d’autres versions de Drag Race.

Sur les deux premiers épisodes, on n’a plutôt eu de bons contenus, et même des trucs franchement drolatiques, en tout cas pas vraiment de déception, les jurys sont sympas et très iconiques, résolument des alliés de la cause LGBT, et si on est loin du professionnalisme des filles outre-Atlantique, on garde la fraîcheur et la candeur des amateurs passionnés avec un petit je ne sais quoi qui fleure bon la Frôôôôôôôôônce !

Et sinon ma mère m’a demandé si je regardais cette émission (je lui en parle depuis 13 ans…), et ensuite elle m’a répété n fois « Nan mais ce sont des artistes !!! Ce sont des artistes !!!! Des artistes je te dis ! ». Et le succès d’audience montre que ça y est, on n’est plus trop loin du « mainstream », donc de la fin du truc. ^^

J'aime 4

7 Commentaires

  • Je me suis lancé dans Rupaul l’an dernier sous l’impulsion du bingo drag de Minima Geste à La Folie ( :coeur: ). J’ai rattrapé les saisons les unes après les autres.

    J’avais un peu peur de la version française mais franchement je suis agréablement surpris. Bon j’avoue j’avais pensé à plein d’adaptations des formules du show du coup celles de Nicky Doll parfois je suis meh et parfois je suis grave fan « je vous laisse aller déballer vos bijoux » :rire:

    Mais clairement j’attends le jeudi avec impatience maintenant !

    • Surtout quand tu vois les trads Netflix que j’adore genre « Placard, tu pars !! » ou les sous-titres en mode trad google : « Synchronisation labiale de la mort !! » :rire:
      Le casting est vraiment pour beaucoup je crois, ils nous ont trouvé des gens assez chouette et attachants j’ai l’impression. :amitie:

  • la saison 9 était exceptionnelle aussi (Shae Coulé, Sacha Velour, Trinity et Peppermint, dammit, quels talents ! Mais je suis d’accord, saison 5 et 6, les meilleures ^^ #TeamJinkx #TeamBianca Forever !)

    Oh et Nina Flowers was robbed !

  • J’y allais aussi un peu avec le couteau entre les dents en m’attendant à détester et à cringer non stop. Mais franchement ça se regarde. On a forcément un regard un peu plus critique en tant que Français, mais pour les fans à l’international c’est pas trop mal fichu. En tout cas les fans hardcore sur Reddit ont l’air de bien aimer.
    Ce qui m’a le plus choqué au début (alors que c’est pareil dans la version US, mais avec la barrière de la langue, ça passe), c’est à quel point c’est écrit : absolument rien de ce qui est dit dans les confessionnaux ou sur le banc des juges ne semble spontané ou improvisé, les bons mots semblent récités. Mais bon, on s’habitue, et on ne boude pas son plaisir d’avoir une vitrine mainstream pas trop ridicule pour le drag français.

    • J’ai aussi regardé un peu ce qui se disait depuis l’étranger, et en effet le côté très français plait plutôt, et la prod est saluée. Et moi donc comme toi, je suis agréablement surpris, c’est vraiment dommage de n’avoir pas plus d’impro ou de spontanéité, mais c’est le jeu de ce genre d’émission. :mainbouche:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: