Un dernier tour dans le Languedoc-Roussillon et puis s’en va !

Vue globale Pont du Gard

Bon je suis rentré hier, mais je vais tout de même continuer le récit du voyage qui vient de s’achever. On a bien crapahuté dans le Languedoc-Roussillon mais on a parcouru le Midi-Pyrénées et d’autres régions et départements encore !!

On a donc continué notre périple dans les Grands Sites de France, et il y avait notamment dans le coin le Pont du Gard. Rhalalala, quelle claque ce site alors, ça valait vraiment le coup. Autant pour tout l’aménagement et les installations dans le cadre du site que pour le pont en lui-même dont l’architecture et la beauté dépassent l’imagination. En effet, on arrive sur un site avec une organisation impressionnante et on se serait vraiment cru dans un parc national des USA !! En revanche, c’est 15 euros le parking… mais avec l’accès au Pont, à un musée de la Romanité, un espace pour les gamins, un parcours dans un jardin antique « mémoires de garrigue », et aussi la possibilité de se baigner et de s’installer le long de la rivière où il y a une plage etc. Bref, c’est super bien pensé, totalement accessible en fauteuil, avec beaucoup de personnels pour informer et guider, et des installations terriblement bien intégrées dans le milieu naturel.

Et puis, quand on arrive, on voit ça et ça se passe de commentaire :

Vue globale Pont du Gard

275 m de long, 50 m de haut, construit au premier siècle, apparemment l’aqueduc, qui amenait l’eau à Nîmes d’une cinquantaine de bornes de là, n’était pas vraiment nécessaire à l’alimentation de la ville mais surtout utile pour démontrer le savoir-faire des romains, et pour les thermes, fontaines publiques et autres apports « modernes » et d’apparat de la civilisation romaine. Et puis, il y a donc le gardon qui coule là, et avec le temps de rêve que nous avions, il était parcouru par beaucoup de canoës, et des gens pique-niquaient et se baignaient ! L’endroit est fantastique !!

Vue du Gardon - Pont du Gard


Le lendemain, on avait rendez-vous avec la soeur de chérichou et son copain qui est du coin. Et ils nous ont proposé de visiter Pézenas avant de faire notre tour dans la Vallée du Salagou pour aller voir deux autres Grands Sites. Pézenas possède un tout petit centre-ville médiéval et surtout Renaissance vraiment mignon. On peut entrer dans des Hôtels où l’on observe de superbes voûtes ou escaliers qui m’ont un peu fait penser aux types de décors et architectures des traboules lyonnaises.

Escalier intérieur Renaissance à Pézenas

Et ce qui m’a le plus intéressé et intrigué, c’est cette porte biaise juste à l’entrée du ghetto juif de Pézenas. Une porte biaise c’est donc cela : quand on entre dans le quartier par l’ancienne porte en regardant tout droit, tout a l’air normal.

Pézenas - Porte Biaise

Et quand on se rapproche et que l’on se met en face, on se rend compte que les piliers sont ovoïdes et l’encadrement complètement déformé pour donner l’impression que la porte est harmonieuse en utilisant un effet de perspective.

Pézenas - Porte Biaise

Je n’avais jamais vu un truc pareil, mais ça fait très Renaissance comme truc !!!

Ensuite, on est parti pour le Cirque de Mourèze qui est un cirque dolomitique de toute beauté, un vrai petit Bryce Canyon à la Française, puisque comme là-bas on y voit des rochers découpés et statufiés par l’érosion (mais en blanc-gris).

Cirque de Mourèze - vue du chaos dolomitique

Cirque de Mourèze - vue du chaos dolomitique

Cirque de Mourèze - vue du chaos dolomitique

On a du cirque une magnifique vue sur le centre-ville de Mourèze avec évidemment une église magnifique qui trône sur l’éperon rocheux.

Cirque de Mourèze - vue de la ville

Certains rochers ont des noms, surtout les plus érodés et aux formes les plus suggestives.

Cirque de Mourèze - obélisque de pierre

Il y a pas mal de parcours différents qui sont balisés, plus ou moins longs et difficiles, avec le plus court qui dure 45 minutes. C’est une balade très agréable, et pas toute facile non plus. On a vraiment des points de vue assez merveilleux, complètement sauvages et chaotiques. Très bien !!

Et puis, nous avons poursuivi au lac de Salagou à quelques kilomètres de là, qui est un lac artificiel très particulier. En effet, la terre est d’un rouge brique assez prononcé, c’est de la ruffe et cela donne un sol friable et relativement nu. Cela tranche incroyablement avec le bleu du lac et le vert de la végétation, cela donne de beaux panoramas et encore un endroit touristique où se promener et se baigner. Au coucher du soleil, les couleurs sont encore plus contrastées, et c’est drôle qu’un site artificiel paraisse aussi bien intégré à l’environnement.

Vue du Lac de Salagou

Vue du Lac de Salagou

Vue panoramique du Lac de Salagou au coucher du soleil

Le jour d’après c’était le départ, mais nous avions encore une dernière étape dans la région avec la ville de Narbonne. On a passé seulement quelques heures dans le centre-ville historique, juste pour visiter la cathédrale et aussi la tour du donjon qui donne une chouette vue sur la ville.

Cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur de Narbonne

Jardin intérieur Cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur de Narbonne

La cathédrale est largement inachevée, et tout près on a l’hôtel de ville (collé même), mais aussi le Palais des Archevêques, et l’histoire est assez drôle voire digne d’une émission de Julien Courbet :  » Les consuls de Narbonne, qui en 1344 étaient déjà en guerre ouverte avec l’archevêque à propos de la démolition de la tour du Capitole, s’opposèrent à toute entreprise du Chapitre lorsqu’il voulut en 1345, toucher aux murs de la cité. Décidé, malgré cette opposition, à poursuivre l’achèvement de la cathédrale, les chanoines en appelèrent à l’autorité du roi. Alors commença, en 1345, cette lutte qui, coupée de longues trêves, de plaidoirie en plaidoirie, devait se prolonger huit ans et cesser brusquement en 1354. L’épilogue en effet n’eut lieu qu’en 1361. La paix se fit alors entre le consulat et le chapitre. Celui-ci obtint d’adosser aux fortifications toujours intactes le cloître qu’il allait construire. Mais le prix de la paix ce fut la cathédrale inachevée. » [source]

Et devant l’hôtel de Ville, on a retrouvé, dégagé et mis en valeur une portion de la Via Domitia ce qui rappelle bien l’importance de la ville romaine (on appelait tout de même toute la Gaule la Narbonnaise !!). Cela me fait toujours quelque chose d’être en présence d’un truc comme ça qui était une route fréquentée y’a deux mille ans !!

Bout de Via Domitia excavée lors de travaux à Narbonne

Et à côté de Narbonne, nous en avons profité pour visiter l’Abbaye de Fontfroide, qui était une très importante abbaye cistercienne, et qui était une grande force catholique durant la guerre contre les albigeois hérétiques. L’Abbaye a le mérite d’être très bien conservée et restaurée, mais on a été déçu par le côté un peu trop propret et refait d’un édifice manifestement privé. C’est bien que le propriétaire ait permis qu’on la visite, et franchement les modifications ou ajouts apportées ont vraiment été bénéfiques à la qualité globale du lieu. Mais on sent que c’est vraiment plus pour organiser des séminaires qu’autre chose ! Malgré tout l’architecture est stupéfiante à certains égards et notamment pour la multiplicité des styles qui sont juxtaposés, selon que les gens en charge étaient des moines soumis à la règle ou des laïcs aux goûts plus fastes. Comme d’habitude c’est le cloître et le patio que j’ai adoré et qui m’a vraiment marqué !!

Cloître de l'Abbaye de Fontfroide - Narbonne

Cloître de l'Abbaye de Fontfroide - Narbonne

Cloître de l'Abbaye de Fontfroide - Narbonne

Après c’était le départ pour Castres et vers la région Midi-Pyrénées, avec un retour dans le Languedoc-Roussillon pour Carcassonne. Sur le chemin, c’était déjà le début du parc du Haut-Languedoc, il faut dire qu’on a décidé de ne pas prendre les grandes routes du tout, et bien nous en a pris. On est tombé par exemple sur le chemin vers la Montagne Noire sur le village de Minerve (d’où la région du Minervois), et c’est un émerveillement (et un des « Plus Beaux Villages de France »).

Village de Minerve dans l'Hérault (34) entre la Cesse et le Brian

Véritable oppidum naturel et encadré par deux rivières, la Cesse et le Brian, qui ont creusé de grands canyons, le panorama sur la ville vaut son pesant de cacahuètes. Ensuite, on a suivi la Cesse dans une gorge qui donne de chouettes vues :

Gorges de la rivière Cesse près de Minerve

Ensuite, on a atteint et franchi la Montagne Noire dont les deux versants sont très différents. Un peu plus sec du côté minervois, et carrément luxuriant sur l’autre versant. Il faisait très sec dehors vers Minerve, et dans la montagne il y avait une sensation de sous-bois et d’humidité surprenante. La forêt est vraiment belle et ce parc du Haut-Languedoc nous a donné envie de nous attarder une prochaine fois.

Le lendemain on est revenu dans l’Aude pour la cité de Carcassonne, qui est aussi un des Grands Sites de France, et là c’était plus un retour sur des souvenirs de gamin pour chérichou ou moi. Mais c’est marrant car autant gamin on était juste émerveillé par ce truc qui paraît sorti d’un conte de fées ou d’un livre d’histoire de primaire, autant aujourd’hui l’évidente violletleduquisation du site et son petit côté Disneyland du 19ème siècle réduisent un petit peu l’effet boeuf du minot. Mais bon ça n’empêche que ce grand panorama quand on débarque est à couper le souffle :

Vue panorama cité de Carcassonne

Je ne crache pas non plus sur Viollet-Le-Duc qui a littéralement sauvé pas mal des endroits qu’il a restauré avec sa patte si reconnaissable (huhu). Et Carcassonne est malgré tout une merveille de merveille !! La forteresse médiévale est vraiment impressionnante avec ses tours, ses remparts ou ses visions idéales de châteaux de chevaliers.

Cité de Carcassonne - Les remparts vus de l'extérieur

La Cité de Carcassonne revue et corrigée par Viollet-Le-Duc

Heureusement, quelques tours ont été aussi revues selon les suppositions actuelles, donc sans ardoise (plutôt originaire du nord) mais plutôt avec des tuiles bien typiques de la région. Et on voit bien sur les remparts et les constructions les fondations originales et les couches plus récentes, ça m’a fait réaliser à quel point le travail de reconstruction avait été titanesque pour l’époque.

Tour avec restauration plus probable - Cité de Carcassonne

Voilà pour la région !!! Piouuuuu.

4 Commentaires

  1. Romain> Mais non loulou c’est toujours pareil, sauf que pour pas rendre la page principale du blog impossible à charger (avec toutes les images), j’ai ajouter un « more » sur le post, et du coup (je l’ignorais) le fil RSS s’arrête au « more » aussi. :pompom:

    Je tiens vachement aux feeds en intégralité aussi ! :jeu:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages